Urgence cardiaque : le SAMU du Nord sauve une vie grâce à l’assistance circulatoire

La technique innovante d’assistance circulatoire lors d’un arrêt cardiaque a été utilisée avec succès par l’équipe du SAMU du Nord en mai dernier, permettant de sauver un patient de 43 ans. Les professionnels du SAMU du Nord deviennent ainsi la troisième équipe de réanimation pré-hospitalière dans le monde à déployer cette technique très avancée, après celles de Paris et de Lyon.
La technique innovante d’assistance circulatoire lors d’un arrêt cardiaque a été utilisée avec succès par l’équipe du SAMU du Nord en mai dernier, permettant de sauver un patient de 43 ans. Les professionnels du SAMU du Nord deviennent ainsi la troisième équipe de réanimation pré-hospitalière dans le monde à déployer cette technique très avancée, après celles de Paris et de Lyon. 
Expérimentée depuis décembre 2018 par les équipes du SAMU du Nord et du CHU de Lille pour la prise en charge des patients en arrêt cardiaque, l’assistance circulatoire consiste à gagner un maximum de temps en relayant momentanément le cœur arrêté par une machine reliée au patient, directement sur les lieux de l’intervention. Cette pompe extérieure permet d’assurer la circulation et l’oxygénation du sang durant le transport à l’hôpital.
Une technique qui permet d’améliorer la survie de certaines victimes, lorsque leurs antécédents médicaux le permettent, ainsi que les délais et les circonstances de l’arrêt cardiaque. Dans ce cas précis, une équipe spécialisée d’assistance circulatoire est envoyée sur les lieux de l’intervention en plus de l’équipe de secours.

Une formation d’un an et demi

Les patients ainsi réanimés sous circulation extra corporelle et ventilation assistée peuvent être transférés et pris en charge au sein du plateau technique de l’Institut Cœur Poumon du CHU de Lille. Cela a été le cas pour le patient de 43 ans qui a été réanimé en mai, et qui se porte bien à ce jour.
Initiée par le SAMU de Paris (Hôpital Necker, APHP) dès 2012, suivie par le SAMU de Lyon (CHU de Lyon) en 2017, cette technique a été expérimentée par une équipe du SAMU du Nord composée de médecins urgentistes et d’infirmiers, lors d’une formation d’un an et demi auprès des équipes parisiennes et lyonnaises.
Pour rappel: chaque année, 46 000 personnes meurent d’un arrêt cardiaque en France, 1 700 dans le département du Nord, et 800 dans la métropole lilloise. Seulement 5% de ces personnes parviennent à récupérer une activité cardiaque et sortent de l’hôpital sans séquelles.

« L’assistance circulatoire est une innovation majeure dans le traitement de l’arrêt cardiaque. Le SAMU du Nord est très fier de pouvoir proposer cette technique à ses patients, dans une région fortement touchée par les pathologies cardiovasculaires» – Dr Patrick Goldstein, responsable du SAMU du Nord, chef du pôle de l’Urgence du CHU de Lille


« Le médecin urgentiste qui pose cette assistance circulatoire procède à la mise en place de tubulures et de canules de manière chirurgicale directement dans la cuisse du patient. Ces tubulures sont reliées à la pompe qui assure la circulation du sang, et vient ainsi remplacer le cœur»Dr Jérôme Cuny, médecin urgentiste au SAMU du Nord

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.