Urgences à Bordeaux : l’aval, une réflexion conjointe de la direction générale et des urgences

L’aval des urgences est une problématique rencontrée par chaque hôpital. Seule une organisation efficiente peut anticiper l’hospitalisation des patients entrés par les urgences. Dès 2012, des efforts ont été entrepris au CHU de Bordeaux pour que l'accueil des 75 000 patients venus aux urgences se fasse dans les meilleures conditions : renforcement des effectifs soignants, ouverture des structures, dotations de matériel, formation des personnels. Un modèle d’organisation plus cohérent, moins cloisonné - une Fédération transversale des urgences adultes

L’aval des urgences est une problématique rencontrée par chaque hôpital. Seule une organisation efficiente peut anticiper l’hospitalisation des patients entrés par les urgences. Dès 2012, des efforts ont été entrepris au CHU de Bordeaux pour que l’accueil des 75 000 patients venus aux urgences se fasse dans les meilleures conditions : renforcement des effectifs soignants, ouverture des structures, dotations de matériel, formation des personnels.  Un modèle d’organisation plus cohérent, moins cloisonné – une Fédération transversale des urgences adultes  – a été mis sur pied par la direction générale et la CME.
"Cette instance gère de manière centralisée les personnels médicaux et paramédicaux afin de mutualiser les expertises et de faire face aux évolutions fonctionnelles et organisationnelles. L’objectif étant de répondre le plus efficacement et le plus rapidement possible aux besoins des usagers." commente Philippe Vigouroux, directeur général du CHU de Bordeaux
Une anticipation des besoins de lits est aujourd’hui déployée en lien avec trois services :
– Le service médecine post urgences (Pellegrin)
– l’unité gériatrie aigue (Saint-André)
– les unités d’orthopédie traumatologie (Pellegrin)
Pour résoudre les problématiques liés à l’aval, ces 3 services ont réservé environ 20 lits pour les patients venant des urgences.
« Une organisation est mise en place aux urgences pour coordonner au mieux l’accueil des patients hospitalisés : un relevé objectif et total du nombre de places nécessaires va être effectué afin de proposer une contractualisation avec les différents services. Un processus d’organisation et de réflexion est donc entamé. » détaille Dr Philippe Revel, responsable de la Fédération des Urgences adultes et chef de pôle urgences adultes – SAMU-SMUR

Les urgences du CHU de Bordeaux en chiffres
. 75 000 passages aux urgences adultes par an, dont 54 000 à Pellegrin, soit en moyenne 200 passages par jour
. 38 000 passages aux urgences pédiatriques par an
. Besoins de 60 à 70 lits par jour selon les périodes
. Un malade sur 3 qui passe aux urgences devrait être hospitalisé
. Les deux tiers des lits doivent être négociés au cas par cas
. Aujourd’hui un médecin passe 2 à 3h de son temps par jour à essayer de placer les patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.