Urgences à Bordeaux : l’aval, une réflexion conjointe de la direction générale et des urgences

L’aval des urgences est une problématique rencontrée par chaque hôpital. Seule une organisation efficiente peut anticiper l’hospitalisation des patients entrés par les urgences. Dès 2012, des efforts ont été entrepris au CHU de Bordeaux pour que l'accueil des 75 000 patients venus aux urgences se fasse dans les meilleures conditions : renforcement des effectifs soignants, ouverture des structures, dotations de matériel, formation des personnels. Un modèle d’organisation plus cohérent, moins cloisonné - une Fédération transversale des urgences adultes

L’aval des urgences est une problématique rencontrée par chaque hôpital. Seule une organisation efficiente peut anticiper l’hospitalisation des patients entrés par les urgences. Dès 2012, des efforts ont été entrepris au CHU de Bordeaux pour que l’accueil des 75 000 patients venus aux urgences se fasse dans les meilleures conditions : renforcement des effectifs soignants, ouverture des structures, dotations de matériel, formation des personnels.  Un modèle d’organisation plus cohérent, moins cloisonné – une Fédération transversale des urgences adultes  – a été mis sur pied par la direction générale et la CME.
"Cette instance gère de manière centralisée les personnels médicaux et paramédicaux afin de mutualiser les expertises et de faire face aux évolutions fonctionnelles et organisationnelles. L’objectif étant de répondre le plus efficacement et le plus rapidement possible aux besoins des usagers." commente Philippe Vigouroux, directeur général du CHU de Bordeaux
Une anticipation des besoins de lits est aujourd’hui déployée en lien avec trois services :
– Le service médecine post urgences (Pellegrin)
– l’unité gériatrie aigue (Saint-André)
– les unités d’orthopédie traumatologie (Pellegrin)
Pour résoudre les problématiques liés à l’aval, ces 3 services ont réservé environ 20 lits pour les patients venant des urgences.
« Une organisation est mise en place aux urgences pour coordonner au mieux l’accueil des patients hospitalisés : un relevé objectif et total du nombre de places nécessaires va être effectué afin de proposer une contractualisation avec les différents services. Un processus d’organisation et de réflexion est donc entamé. » détaille Dr Philippe Revel, responsable de la Fédération des Urgences adultes et chef de pôle urgences adultes – SAMU-SMUR

Les urgences du CHU de Bordeaux en chiffres
. 75 000 passages aux urgences adultes par an, dont 54 000 à Pellegrin, soit en moyenne 200 passages par jour
. 38 000 passages aux urgences pédiatriques par an
. Besoins de 60 à 70 lits par jour selon les périodes
. Un malade sur 3 qui passe aux urgences devrait être hospitalisé
. Les deux tiers des lits doivent être négociés au cas par cas
. Aujourd’hui un médecin passe 2 à 3h de son temps par jour à essayer de placer les patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.