Urgences : adapter l’organisation à l’augmentation d’activité

La direction générale et la collégiale des chefs de services d'urgences de l'AP-HP créent une plate-forme de travail commune. Objectif : offrir aux patients une prise en charge plus efficiente ; une amélioration qui passe par une plus grande adéquation entre les ressources humaines et l'activité et par l'inscription des urgences dans des filières plus fluides.

La direction générale et la collégiale des chefs de services d’urgences de l’AP-HP créent une plate-forme de travail commune. Objectif : offrir aux patients une prise en charge plus efficiente ; une amélioration qui passe par une plus grande adéquation entre les ressources humaines et l’activité et par l’inscription des urgences dans des filières plus fluides.

Avec près d’un million de passages chaque année, l’AP-HP assure grâce à ses 20 sites d’accueil environ le tiers de la prise en charge des urgences de l’Ile de France. Celle-ci s’inscrit en complémentarité avec l’organisation de la permanence des soins de ville, dans un dispositif articulé, au niveau pré-hospitalier, autour des SAMU et, au niveau hospitalier, autour des structures d’urgences.

Depuis 2004, la fréquentation de ces services – qui se caractérise par de fortes variations d’activité – connait une croissance continue de l’ordre de 2 à 3% par an qui nécessite une adaptation permanente de l’organisation aux besoins de la population.

C’est pourquoi, depuis plusieurs années, l’AP-HP est très investie dans le soutien et la modernisation de cette activité : création du Centre Régional de Veille et d’Action, qui assure un suivi opérationnel en temps réel et une gestion prévisionnelle de l’activité, renforcement des moyens humains en personnel médical et non médical, informatisation des services, rénovation ou création de nouveaux bâtiments. En dépit de ces plans successifs et des moyens qui en ont été assortis, la question de l’adaptation aux flux reste un enjeu majeur en termes d’organisation et repose essentiellement sur la capacité d’hospitalisation en aval des urgences.

Partant de ce constat, la directrice générale et les représentants de la Collégiale des chefs de services d’urgences de l’AP-HP, viennent de décider de la création d’une plate-forme de travail commune qui sera chargée de la mise en oeuvre et du suivi du volet urgences du plan stratégique 2010-2014.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.