Urgences : Agnès Buzyn cite « l’exemplarité » inspirante des bonnes pratiques du CHU de Poitiers

En visite ce lundi 2 septembre 2019 aux urgences du CHU de Poitiers, pour annoncer une série de mesures destinées à soulager les urgences, Agnès Buzyn a souligné l'exemplarité de l'organisation poitevine. Pour repenser l'organisation des urgences sur-sollicitées et en tension, la ministre des solidarités et de la santé a retenu Poitiers pour « exemplarité dans la gestion du flux des patients ». Le CHU de Poitiers a en effet innové et "anticipé la crise des urgences" en mettant en place un système dit de « bed manager » consistant en la gestion informatique des lits qui se libèrent.

En visite ce lundi 2 septembre 2019 aux urgences du CHU de Poitiers, pour annoncer une série de mesures destinées à soulager les urgences, Agnès Buzyn a souligné l’exemplarité de l’organisation poitevine. Le CHU de Poitiers a relaté les temps forts de cette rencontre dans sa newsletter 
Le CHU de Poitiers cité en exemple
Pour repenser l’organisation des urgences  sur-sollicitées et en tension, la ministre des solidarités et de la santé a retenu Poitiers pour  « exemplarité dans la gestion du flux des patients ». Le CHU de Poitiers a  en effet innové et "anticipé la crise des urgences" en mettant en place un système dit de « bed manager » consistant en la gestion informatique des lits qui se libèrent.
Premières mesures pour les urgences
Lors de son point presse, la ministre des Solidarités et de la Santé a exposé ses premières mesures en réponse aux difficultés que rencontrent les services d’urgence. Basées sur le rapport de Thomas Mesnier et du Pr Pierre Carli, ces dispositifs visent à limiter les services aux seules véritables urgences médicales, en particulier :

  • La mise en place de filières d’admission directe des personnes âgées pour limiter les passages inutiles ;
  • La réalisation de tâches médicales par le personnel paramédical afin de libérer du temps médical pour les médecins ;
  • La généralisation de la gestion informatique des lits ;
  • La généralisation de la vidéoassistance entre les Ehpad et le Samu pour une meilleure orientation des patients ;
  • L’installation de services de biologie simple dans les maisons de santé où les patients pourront réaliser des examens biologique.

A lire sur le même sujet
Urgences-Smur : succès de la 1ère filière du GHT de la Vienne

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.