Urgences de l’été 2004 : une gestion satisfaisante

Le 3 septembre 2004, l'AP-HP a diffusé un communiqué qui montre tout l'intérêt du Centre régional de veille dont la mission était de suivre au quotidien le niveau d'activité et de disponibilité des lits. L'AP-HP insiste également sur l'efficacité du travail d'anticipation et de coordination des équipes. Cette organisation s'est révélée adaptée à la prise en charge des urgences de l'été.

Le 3 septembre 2004, l’AP-HP a diffusé un communiqué qui montre tout l’intérêt du Centre régional de veille dont la mission était de suivre au quotidien le niveau d’activité et de disponibilité des lits. L’AP-HP insiste également sur l’efficacité du travail d’anticipation et de coordination des équipes. Cette organisation s’est révélée adaptée à la prise en charge des urgences de l’été.

Tout en maintenant une capacité maximale de lits ouverts (83% en juillet et 74% en août), l’AP-HP a veillé à renforcer l’aval des services d’urgences (lits en médecine) par rapport à 2003, et restait à tout moment en capacité d’assurer l’ouverture de 250 lits supplémentaires en cas de tension. Engagé dés le printemps, ce dispositif justement dimensionné a permis de répondre aux besoins de la population face à tout type de situation : activité habituellement observée ; tensions exceptionnelles ; crise sanitaire du type de l’été 2003.

Au cours de la période estivale, le Centre régional de veille et d’action sur les urgences en Ile de France, organisé conjointement par l’AP-HP et l’ARHIF, a suivi quotidiennement le niveau d’activité et de disponibilité en lits. Il a ainsi analysé le nombre d’affaires traitées par le Samu; le nombre de passages et d’hospitalisation dans les services d’urgences; les disponibilité en lits; les situations de tension et les alertes sanitaires.

Le bilan de l’activité qu’il a pu observer en juillet et en août, montre une fréquentation des services d’urgences légèrement plus élevée que les années précédentes (hormis l’été 2003) avec une capacité moyenne en lits ouverts accrue (+ 5% en médecine) par rapport à l’été 2003.

Il montre aussi que l’AP-HP disposait chaque jour de 800 à 1000 lits disponibles pour l’ensemble des spécialités.

Le centre a également permis de répondre à des difficultés particulières, notamment concernant les lits en réanimation néonatale, qui ont nécessité des transferts, mais aucun hors région.Par ailleurs, les capacités d’accueil des grands brûlés ont été aménagées au cours de l’été pour permettre la prise en charge de quatre des victimes de l’explosion du gazoduc de Belgique le 30 juillet dernier et maintenir une capacité suffisante pour faire face à toute éventualité.

L’AP-HP avait dimensionné son dispositif de manière a être en capacité d’assurer l’ouverture de 250 lits supplémentaires en cas de tension. Ces moyens, mobilisés à la marge, ont permis de répondre aux besoins.

Le Centre régional de veille et d’action ayant démontré son adéquation et sa réactivité pour réguler des flux d’activité en liaison avec l’ensemble des acteurs hospitaliers régionaux, son fonctionnement va être pérennisé. Le dispositif d’accueil aux urgences durant les périodes d’épidémies hivernales, en cours de préparation, pourra donc s’appuyer sur cette nouvelle structure.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.