«Urgences debout» : l’expérience réussie du CHU de Rennes

Aux urgences cardiologiques du CHU de Rennes, 40% des patients admis sont pris en charge dans la filière «Urgences debout». Un circuit dédié, mis en place depuis le 4 septembre 2018, pour la prise en charge des patients dont le profil et le motif d’admission le permettent. Un bilan positif pour un dispositif qui a vocation à se déployer sur d’autres spécialités chirurgicales notamment.

Aux urgences cardiologiques du CHU de Rennes, 40% des patients admis sont pris en charge dans la filière «Urgences debout». Un circuit dédié, mis en place depuis le 4 septembre 2018, pour la prise en charge des patients dont le profil et le motif d’admission le permettent. Un bilan positif pour un dispositif qui a vocation à se déployer sur d’autres spécialités chirurgicales notamment.

Une organisation innovante au sein des urgences cardio

Une analyse des profils et motifs d’admission des patients des urgences cardiologiques montre que, conformément aux bonnes pratiques médicales, environ la moitié d’entre eux pouvait être pris en charge dans le cadre d’un circuit debout. C’est à partir de ce constat que les équipes de cardiologie ont proposé, il y a près d’un an, une nouvelle organisation au sein des urgences cardiologiques.
Les patients admis aux urgences cardiologiques étaient auparavant pris en charge de façon «standardisée», impliquant une installation systématique sur un brancard, quel que soit le motif d’admission et le degré d’autonomie. L’augmentation régulière d’activité et l’évolution de la typologie des patients admis à l’accueil cardiologique ont conduit l’équipe médicale et soignante à proposer une réorganisation de la prise en charge des patients selon le principe des urgences «debout». Cette organisation permet de limiter une «surmédicalisation», favorise le retour à domicile et in fine fluidifie le fonctionnement de la structure.

Résultat : une réduction de 20 minutes de la durée de passage aux urgences

Dès l’entrée via une «check-list», les patients pouvant bénéficier de cette prise en charge sont identifiés. Placé sous surveillance télémétrique, le patient reste habillé et se déplace lui-même pour sa consultation ou ses examens complémentaires. Dans un espace de déambulation délimité par un marquage spécifique au sol, il est autonomisé, dans le respect de sa dignité.Depuis la mise en oeuvre de cette nouvelle organisation unique en France, 40% des patients admis à l’accueil cardiologique sont entrés dans cette filière et 88% des patients ainsi sélectionnés sont rentrés à domicile, permettant de réduire de 20 minutes la durée moyenne de passage dans l’unité et de faire face à une augmentation d’activité de 5%. L’enquête auprès des patients a recueilli un taux de satisfaction de 95%, notamment pour le respect de l’intimité et la confidentialité. Aucun événement indésirable n’a été signalé. L’objectif fixé est d’orienter 50% des admissions vers cette nouvelle filière de soin.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.