Urgences : des tenues bleues pour identifier les étudiants

Depuis une semaine, les étudiants en médecine en formation aux urgences du CHU de Limoges portent des tuniques bleues. Une manière de les différencier des autres membres de l'équipe, de faciliter leur identification par les usagers... et de désamorcer les conflits. Explications...

Depuis une semaine, les étudiants en médecine en formation aux urgences de l’hôpital Dupuytren du CHU de Limoges portent des tuniques bleues. Une manière de les différencier des autres membres de l’équipe, de faciliter leur identification par les usagers… et de désamorcer les conflits. 

Jusqu’à présent les étudiants en médecine portaient une blouse blanche à l’instar des médecins et des personnels soignants (infirmiers, aides-soignants…). Désormais, ils seront vêtus de tuniques bleues et des pantalons blancs. Cette initiative vise à faciliter leur identification et la compréhension par le public des missions et responsabilités de chacun. Patients et accompagnants assimilent parfois ces étudiants à des médecins et ne comprennent pas pourquoi ils ne les prennent pas en charge. Hors, ces futurs médecins sont là pour consolider leurs connaissances et se familiariser avec la pratique clinique ; leur participation aux soins ne peut se faire de la même manière que celle des médecins seniors.

Une campagne pour lutter contre la violence aux urgences
L’initiative sera prochainement expliquée par des supports d’information : film, plaquette, affiches… Il s’agit pour l’institution d’aider à désamorcer des situations conflictuelles nées de l’incompréhension des usagers des urgences.
Ce projet s’inscrit dans le plan global d’information du CHU de Limoges qui a mobilisé tous les acteurs des urgences dans une démarche de prévention et de lutte contre les situations de violence dans ces services.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.