Urgences : des tenues bleues pour identifier les étudiants

Depuis une semaine, les étudiants en médecine en formation aux urgences du CHU de Limoges portent des tuniques bleues. Une manière de les différencier des autres membres de l'équipe, de faciliter leur identification par les usagers... et de désamorcer les conflits. Explications...

Depuis une semaine, les étudiants en médecine en formation aux urgences de l’hôpital Dupuytren du CHU de Limoges portent des tuniques bleues. Une manière de les différencier des autres membres de l’équipe, de faciliter leur identification par les usagers… et de désamorcer les conflits. 

Jusqu’à présent les étudiants en médecine portaient une blouse blanche à l’instar des médecins et des personnels soignants (infirmiers, aides-soignants…). Désormais, ils seront vêtus de tuniques bleues et des pantalons blancs. Cette initiative vise à faciliter leur identification et la compréhension par le public des missions et responsabilités de chacun. Patients et accompagnants assimilent parfois ces étudiants à des médecins et ne comprennent pas pourquoi ils ne les prennent pas en charge. Hors, ces futurs médecins sont là pour consolider leurs connaissances et se familiariser avec la pratique clinique ; leur participation aux soins ne peut se faire de la même manière que celle des médecins seniors.

Une campagne pour lutter contre la violence aux urgences
L’initiative sera prochainement expliquée par des supports d’information : film, plaquette, affiches… Il s’agit pour l’institution d’aider à désamorcer des situations conflictuelles nées de l’incompréhension des usagers des urgences.
Ce projet s’inscrit dans le plan global d’information du CHU de Limoges qui a mobilisé tous les acteurs des urgences dans une démarche de prévention et de lutte contre les situations de violence dans ces services.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.