Urgences pédiatriques : pose de la 1ère pierre par Bernadette Chirac

Mercredi 12 février, Bernadette Chirac, Présidente de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, a posé, la première pierre du pôle d'accueil des urgences pédiatriques du Centre hospitalier universitaire de Rouen et remis vingt-trois pompes anti-douleur aux hôpitaux des régions Haute-Normandie et Basse-Normandie.

Mercredi 12 février, Bernadette Chirac, Présidente de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, a posé, la première pierre du pôle d’accueil des urgences pédiatriques du Centre hospitalier universitaire de Rouen et remis vingt-trois pompes anti-douleur aux hôpitaux des régions Haute-Normandie et Basse-Normandie.

Pose de la 1ère pierre du pôle d’accueil d’urgences pédiatriques

Dans le cadre de sa mission d’amélioration de la qualité de vie des enfants hospitalisés, la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France a décidé, grâce à l’opération Pièces jaunes, de soutenir en 2000 le réaménagement du pôle d’accueil du service des urgences pédiatriques de l’hôpital Charles Nicolle du Centre hospitalier universitaire de Rouen. Une subvention de 152 450 euros (1 million de francs) a ainsi été attribuée pour cette extension et cette modernisation qui s’achèveront fin 2003.

Situé dans un espace ouvert, l’accueil du service des urgences pédiatriques de l’hôpital Charles Nicolle ne bénéficiait pas des meilleures conditions pour recevoir et suivre les cent-dix enfants accueillis chaque jour. Selon une enquête menée auprès du personnel hospitalier, un sentiment d’inconfort, de manque d’intimité et d’absence de confidentialité se manifestait chez les familles des patients.
Le projet entrepris permettra d’accroître le bien-être des enfants et de leurs familles et d’améliorer les conditions de travail des équipes médicales et soignantes. Deux salles d’accueil fermées afin d’assurer une plus grande discrétion, deux salles d’attente (une pour les urgences chirurgicales, l’autre pour celles de médecine) verront le jour ainsi qu’un espace pour le repas des petits patients et quatre boxes polyvalents supplémentaires. Une nouvelle salle de plâtres, une salle avec vidoir, des équipements de toilettes adaptés à la taille des enfants et une salle de bains seront également aménagés.

Depuis 1990, date de la première campagne Pièces jaunes, près de 3 200 projets ont été soutenus par la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France afin de rapprocher les familles, développer les loisirs et améliorer l’accueil et le confort dans les services pédiatriques des hôpitaux français.
5 projets ont été subventionnés à l’hôpital Charles-Nicolle du CHU de Rouen pour un montant de 330 966 euros, 28 projets dans le département de Seine-Maritime (507 051 euros) et 33 projets dans la région Haute-Normandie (519 860 euros).

Prise en charge de la douleur de l’enfant

A l’issue de la pose de la première pierre du pôle d’accueil des urgences pédiatriques, huit pompes anti-douleur sont remises à l’hôpital Charles-Nicolle du CHU de Rouen, neuf pompes aux représentants du Centre hospitalier universitaire de Caen, deux pompes à ceux du Centre hospitalier Louis-Pasteur de Cherbourg et quatre à ceux du Groupe hospitalier du Havre, soit un total de 23 pompes pour les régions de Normandie (Haute et Basse Normandie).

En 2003, la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France poursuit son programme de prise en charge de la douleur de l’enfant, engagé en 1999 en partenariat avec le ministère de la Santé. Ce programme vise à équiper les services pédiatriques de pompes d’analgésie auto-contrôlée portables qui permettent à l’enfant de s’administrer lui-même des doses de morphine sur prescription médicale.

774 pompes ont été attribuées depuis 1999 dans 195 hôpitaux français grâce à l’opération Pièces jaunes. Seize pompes antidouleur ont déjà été remises aux services pédiatriques des hôpitaux des régions Normandie. Au total, l’hôpital Charles-Nicolle du CHU de Rouen aura bénéficié à ce jour de douze pompes, le CHU de Caen de vingt pompes, le groupe hospitalier du Havre de cinq pompes et le Centre hospitalier de Cherbourg de deux pompes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.