Urgences : une charte de l’aval pour fluidifier les parcours non programmés

Mieux gérer l’aval des urgences, le flux de patients et leurs séjours à l’hôpital, telle est l'ambition de la nouvelle charte de l'aval ratifiée le 8 octobre par la Commission médicale d’établissement (CME). Le texte prévoit de renforcer la gestion des lits, les échanges d'information entre les services d'hospitalisation et les urgences, le rôle pivot du médecin référent, le plan "hôpital sous tension" en cas d'épidémie...

Mieux gérer l’aval des urgences, le flux de patients et leurs séjours à l’hôpital, telle est l’ambition  de la nouvelle charte de l’aval ratifiée le 8 octobre par la Commission médicale d’établissement (CME). Le texte prévoit de renforcer la gestion des lits, les échanges d’information entre les services d’hospitalisation et les urgences, le rôle pivot du médecin référent, le plan "hôpital sous tension" en cas d’épidémie…  
Ces "principes de progrès" s’inspirent du rapport Carli et s’appuient sur un constat partagé à savoir que " l’aval des urgences est le problème de tout l’hôpital et pas seulement celui du service d’accueil des urgences" et que "les activités programmées et non programmées ne sont pas concurrentes, mais complémentaires" – à l’AP-HP, plus du tiers des hospitalisations complètes  proviennent de patients passés par les urgences ". L’enjeu est de taille car un service d’aval insuffisant entraîne une série de dysfonctionnements qui pénalisent les patients et l’institution : détérioration de la qualité et de la sécurité des soins, et des conditions d’accueil et de prise en charge des patients, séjour allongé des malades aux urgences, exaspération des personnels soignants qui consacrent un temps excessif à la recherche de lits ; transferts des malades vers d’autres hôpitaux ou cliniques, perturbation des activités programmées…
La Charte de l’aval doit être maintenant déclinée dans les groupes hospitaliers où un comité de suivi veillera régulièrement à sa bonne application et apportera les adaptations requises au fil du temps.
Cette charte est le fruit d’un important travail piloté par la direction générale de l’AP-HP et le Pr Loïc Capron, président de la CME. Ont été associés le Dr Patrick Pelloux (membre de la CME), les groupes hospitaliers, ainsi que le Pr Pierre Carli, président du Conseil national de l’urgence hospitalière (CNUH) et chargé par Marisol Touraine, ministre de la Santé et des Affaires sociales, de l’animation du groupe de travail « Aval des urgences ».
Télécharger la charte Aval des urgences à l’AP-HP : Charte des groupes hospitaliers (GH) pour mieux gérer les flux de malades et les séjours

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.