Uro – adénome de la prostate : le laser en passe de supplanter la chirurgie ouverte

Depuis le 1 janvier 2014, 50 hommes âgés en moyenne de 70 ans et souffrant d’un adénome de la prostate ont eu une alternative appréciable à la chirurgie : le traitement mini-invasif au laser2  Holmium. Avec cet équipement laser, le département d’urologie, andrologie et transplantation rénale du CHU de Toulouse enrichit sa palette d’offre thérapeutique pour réduire le volume excessif de la prostate et permettre aux patients de retrouver un bon fonctionnement de leur appareil urinaire.
 Avant le laser, deux types de traitement étaient proposés en fonction de la taille de l’adénome 
Jusqu’à maintenant,  le choix du traitement se faisait en fonction de la taille de l’adénome suivant des indications précises :
• jusqu’à 60 cm3 : par résection ou « grattage » de la prostate par endoscopie ;
• supérieur à 60 cm3 : chirurgical (adénomectomie : ablation de l’adénome par chirurgie ouverte). 2/3 des adénomes sont inférieurs à 80 cm3 , le volume moyen se situant autour de 60 cm3.
Aujourd’hui l’adénome de 60cm3 à 200 cm3 peut être découpé par le laser, repoussé dans la vessie puis morcelé et aspiré. Le laser arrive donc à remplacer la chirurgie ouverte. Et ses avantages sont nombreux. Cette nouvelle technique mini-invasive contribue à une diminution importante de la durée moyenne de séjour (DMS) : 5 jours au lieu de 9,5 pour une chirurgie. Elle minimise aussi les soins post-opératoires : pas de pansement, pas d’antalgique, pas de transfusion (11 % pour la chirurgie) et une sonde posée pendant 2 jours au lieu de 4,5.
Les complications éventuelles sont minimes, principalement une infection urinaire. Pour les patients traités pour un adénome de gros volume, il est habituel de constater une diminution de tonicité du sphincter qui peut entraîner quelques fuites urinaires avec, le plus souvent, un retour à la normale en 3 et 6 mois.
Traitement d’avenir, le traitement de l’adénome de la prostate par laser remplacera la chirurgie ouverte, tout en étant une alternative à la résection, d’autant qu’il présente un autre avantage incontestable : la possibilité pour les patients sous traitement antiagrégant plaquettaire d’accéder à ce traitement sans risque.
Qu’est-ce que la prostate ?
Elle n’existe que chez l’homme sous forme d’une glande située sous la vessie, entourant l’urètre, le canal d’évacuation de la vessie. La prostate participe au système reproducteur puisqu’elle sécrète une partie du liquide qui compose le sperme, les spermatozoïdes étant produits par les testicules. Ce sont les hormones sexuelles mâles, les androgènes, qui permettent son fonctionnement. 
L’adénome de la prostate : une pathologie bénigne évoluant avec l’âge 
L’adénome correspond à une augmentation du volume de la prostate, qui comprime l’urètre et entraîne des troubles urinaires avec des envies impérieuses et fréquentes d’uriner et une difficulté à vider la vessie. Ce phénomène est normal et avance avec l’âge à partir de 50 ans. C’est lorsque la miction devient un problème qu’il faut consulter. L’adénome hypertrophique de la prostate se présente comme une couche blanche enrobant l’urètre, comparée à de « la mie de pain » par les chirurgiens. C’est cette couche qu’il faut détacher et évacuer.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.