Vague de froid + verglas = pic d’activité pour les équipes du CHU de Rouen

Après Montpellier, c'est au tour de Rouen de "souligner avec fierté le professionnalisme de ses équipes". Dans un communiqué en date du 6 mars, le CHU de Rouen rappelle l'intense activité à laquelle ont été soumises ses équipes : 50% d’interventions chirurgicales urgentes en plus par rapport à une période ordinaire et un afflux de patients qu'il a fallu accueillir et traiter tout en assurant les actes courants.

Après Montpellier, c’est au tour de Rouen de "souligner avec fierté le professionnalisme de ses équipes". Dans un communiqué en date du 6 mars, le CHU de Rouen rappelle l’intense activité à laquelle ont été soumises ses équipes durant la vague de froid : 50% d’interventions chirurgicales urgentes en plus par rapport à une période ordinaire et un afflux de patients qu’il a fallu accueillir et traiter tout en assurant les actes courants.
Le 2 mars, le verglas provoquait de nombreux accidents impliquant véhicules ou piétons. Sollicités, le Service des Urgences adultes et les équipes chirurgicales et anesthésiques du CHU de Rouen ont géré une augmentation de 50% des interventions chirurgicales urgentes. Ainsi, 34 patients ont été opérés en urgence. Les blocs opératoires ont été mobilisés pour accueillir cet afflux très important de patients. Un renfort en personnels médicaux et paramédicaux a été organisé, en dépit de cette période de congés scolaires qui concerne également les professionnels de santé. Le bloc opératoire dédié aux urgences a accueilli, à lui seul, 24 patients, dont 18 pour l’activité de chirurgie orthopédique traumatologique (soit plus du double de l’activité constatée normalement pour la même période). Les autres blocs opératoires (orthopédie, chirurgie plastique, chirurgie vasculaire-thoracique, neurochirurgie, ambulatoire) ont également été mobilisés pour réaliser au total 64 interventions durant cette journée. 
Pour assurer la mission de service public et prendre en charge la population dans les meilleures conditions, les équipes du CHU de Rouen ont su s’organiser pour transférer le surcroît d’activité du bloc des urgences vers les autres blocs opératoires, sans pour autant déprogrammer les interventions prévues de longue date, gage de qualité pour les patients concernés. Et la direction générale rend hommage à leur mobilisation sans faille.
#fierdemonhopital #fierdemonchu

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.