Valvulopathie cardiaque : premières réparations de valve triscupide en France à l’AP-HP

Une équipe de cardiologie interventionnelle valvulaire de l’hôpital européen Georges-Pompidou AP-HP, dirigée par le Dr Nicole Karam et assistée par les Prs Christian Spaulding, Joerg Hausleiter et Michael Nabaeur de Munich, a réalisé le 25 mars 2019 la première procédure française de réparation tricuspide par voie percutanée, combinée à une réparation mitrale, suivie le lendemain d’une procédure de réparation tricuspide.
Une équipe de cardiologie interventionnelle valvulaire de l’hôpital européen Georges-Pompidou AP-HP, dirigée par le Dr Nicole Karam et assistée par les Prs Christian Spaulding, Joerg Hausleiter et Michael Nabaeur de Munich, a réalisé le 25 mars 2019 la première procédure française de réparation tricuspide par voie percutanée, combinée à une réparation mitrale, suivie le lendemain d’une procédure de réparation tricuspide. 
Les interventions réalisées à l’hôpital européen Georges-Pompidou, moins invasives que les traitements chirurgicaux habituels, améliorent l’état de santé, la récupération et la qualité de vie des patients. Elles signent le démarrage du programme de réparation percutanée de la tricuspide s’adressant à tous les patients qui ne peuvent bénéficier d’un traitement chirurgical. 
Les valves cardiaques sont des structures du cœur qui séparent les différentes cavités et empêchent le sang de refluer dans le mauvais sens. La valve tricuspide est la valve cardiaque qui sépare l’oreillette droite du ventricule droit. Une atteinte de cette valve, associée à un risque accru de mortalité et à une qualité de vie altérée, est à l’origine d’une insuffisance cardiaque et d’hospitalisations à répétition. Une intervention chirurgicale en vue de réparer cette fuite tricuspide est souvent à haut risque chez des patients poly-pathologiques, ayant déjà subi plusieurs opérations.

Une première en France 

Un traitement moins invasif était donc nécessaire et la réparation percutanée de la valve tricuspide s’est développée afin de proposer une solution à ces patients, mais n’était pas encore disponible en France. Aucune option thérapeutique efficace ne pouvait donc être proposée en France aux patients ne pouvant bénéficier d’un traitement chirurgical.  
Une équipe de cardiologie interventionnelle valvulaire de l’hôpital européen Georges-Pompidou AP-HP, dirigée par le Dr Nicole Karam et assistée par les Pr Joerg Hausleiter et Michael Nabaeur de Munich, a réalisé le 25 mars 2019 la première procédure française de réparation tricuspide par voie percutanée, combinée à une réparation mitrale, suivie le lendemain d’une procédure de réparation tricuspide.

Un suivi allégé

Ce type d’intervention ne nécessite qu’une ponction veineuse au niveau du pli de l’aine, qui permet d’accéder au cœur à travers les veines et sans incision chirurgicale du thorax. Le résultat est immédiat et les patients peuvent regagner leur domicile dès le lendemain de la procédure avec une amélioration de leur qualité de vie. 
Il n’y a pas de traitement médical spécifique à prendre après l’intervention, en dehors du traitement habituel du patient. Le suivi consiste en une simple surveillance échographique de la valve, tous les six mois la première année puis une fois par an.
Ces interventions officialisent le démarrage du programme de réparation percutanée de la tricuspide s’adressant à tous les patients qui ne peuvent bénéficier d’un traitement chirurgical.  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.