Varices : traitement en ambulatoire par radiofréquence

Depuis mars 2017, le CHRU de Nancy propose l’ablation thermique des varices par radiofréquence. Réalisée en ambulatoire avec une récupération fonctionnelle immédiate, cette technique innovante vient compléter l’arsenal thérapeutique proposé par l’équipe de médecine et de chirurgie vasculaire du CHRU.

Depuis mars 2017, le CHRU de Nancy propose l’ablation thermique des varices par radiofréquence. Réalisée en ambulatoire avec une récupération fonctionnelle immédiate, cette technique innovante vient compléter l’arsenal thérapeutique de l’équipe de médecine et de chirurgie vasculaire.

Une expertise médico-chirurgicale au service d’un parcours patient simplifié

Des situations les plus simples aux plus complexes, le CHRU de Nancy offre aux personnes présentant des varices, une prise en charge s’appuyant sur une collaboration étroite entre médecins et chirurgiens vasculaires. La personne est adressée au CHRU par son médecin de ville, généraliste ou spécialiste. Un médecin et un chirurgien de l’équipe hospitalo-universitaire* la voient ensemble en consultation pour préciser le diagnostic, déterminer l’option thérapeutique adaptée et programmer la date d’intervention.
L’ablation thermique des varices a lieu au sein de l’Unité de Chirurgie Ambulatoire à Brabois. Le patient, arrivé le matin, repart en fin d’après-midi. L’équipe le revoit quelques semaines plus tard afin de contrôler les résultats de l’intervention et décider si nécessaire, d’un traitement complémentaire.
Aucun dépassement d’honoraires n’est pratiqué pour permettre une prise en charge à 100 % des soins pour le patient.

Un acte mini-invasif, sans douleur ni hématome

L’ablation thermique est aujourd’hui la technique de référence pour le traitement des varices. Réalisée sous anesthésie locale, elle dure de 30 à 45 minutes. Aucun hématome, douleur limitée à la réalisation de l’anesthésie, pas de pansement, la personne bénéficie d’une récupération fonctionnelle avec reprise de la marche immédiate. Elle peut passer la nuit seule à son domicile sans surveillance particulière et reprendre le travail dès le lendemain. La seule consigne post-opératoire est le port de bas de compression.
Le CHRU de Nancy traite tous les types de varices : les plus petites par sclérothérapie, les majeures par chirurgie / stripping et celles de moyen calibre par ablation thermique endoveineuse avec radiofréquence (cathéter fin introduit dans la grande veine saphène pour brûler à haute température la veine malade qui va ensuite se rétracter – un anesthésiant est injecté afin de protéger les tissus à proximité et diminuer la douleur).

Les varices : une maladie chronique à surveiller

De nouvelles varices peuvent apparaître, d’où l’importance d’un suivi régulier par son angiologue de ville ou celui proposé par le CHRU. Le traitement des varices n’est pas seulement esthétique, mais évite les risques de complications de l’insuffisance veineuse comme les ulcères, et des symptômes type jambes lourdes, néfastes à la qualité de vie.
L’équipe du CHRU de Nancy s’appuie sur l’apprentissage par simulation de l’Hôpital Virtuel de Lorraine pour acquérir les toutes dernières compétences et intègre pleinement la recherche clinique dans son activité.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.