Varices : la révolution de la radiofréquence

Brest se dote d’une nouvelle arme thérapeutique contre les varices : la radiofréquence. Indolore, réalisée en ambulatoire, sans séquelles, la radiofréquence se distingue des traitements traditionnels par sa légèreté et son efficacité. Cette innovation peut être proposée à la majorité des patients qui n’ont jamais été opérés pour cette affection.

Brest se dote d’une nouvelle arme thérapeutique contre les varices : la radiofréquence. Indolore, réalisée en ambulatoire, sans séquelles,  la radiofréquence se distingue des traitements traditionnels par sa légèreté et son efficacité. Cette innovation peut être proposée à la majorité des patients qui n’ont jamais été opérés pour cette affection.
 
Après la réalisation d’une cartographie veineuse et une consultation de chirurgie vasculaire, le patient pourra bénéficier de la thermothérapie induite par radiofréquence bipolaire. L’intervention effectuée en ambulatoire sous anesthésie locale dure 45 minutes : une électrode extrêmement fine est introduite sous anesthésie locale dans la veine. L’énergie délivrée va faire se rétracter la veine sur elle-même. Les suites opératoires sont réduites l’absence de douleur, d’hématome, ou de conséquences cicatricielles. L’arrêt de travail est limité à 24 heures.
Cette technique de pointe est dispensée sans surcoût pour le patient.
Les varices se traitent habituellement par « éveinage », c’est-à-dire retrait des parties de veines malades. Une opération qui nécessite d’inciser au niveau du pli de l’aine, de ligaturer et qui entraîne une convalescence et 3 semaines d’arrêt de travail.
De la simple varicosité à la thrombose veineuse superficielle, les jambes lourdes font souffrir 25 millions de personnes en France et cette affection a  progressé 36% en huit ans selon une étude Ipsos-santé). Au-delà de 70 ans, plus de 75% des femmes et plus de 50% des hommes sont touchés par ces pathologies.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.