Vaste programme de modernisation durant les 5 prochaines années

Le CHR Metz-Thionville a entamé depuis 2004 un vaste programme de construction sur ses deux pôles. Né en 1976, le CHR Metz-Thionville rassemble au sein d'une même entité juridique le groupement des Hôpitaux de Metz, soit environ 1 300 lits et le groupement des hôpitaux de Thionville, soit près de 1 130 lits. Sa bipolarité (Metz et Thionville sont deux villes distantes de 35 km) en fait un établissement unique en terme de fonctionnement. L'activité du CHR Metz-Thionville le classe au 20° rang (sur 31).

Le CHR Metz-Thionville a entamé depuis 2004 un vaste programme de construction sur ses deux pôles. Né en 1976, le CHR Metz-Thionville rassemble au sein d’une même entité juridique le groupement des Hôpitaux de Metz, soit environ 1 300 lits et le groupement des hôpitaux de Thionville, soit près de 1 130 lits. Sa bipolarité (Metz et Thionville sont deux villes distantes de 35 km) en fait un établissement unique en terme de fonctionnement.
L’activité du CHR Metz-Thionville le classe au 20° rang (sur 31).

La région Lorraine, au coeur des trois frontières (Luxembourg, Belgique, Allemagne) est marquée par son passé industriel (notamment la sidérurgie). L’histoire économique de la région a modelé la localisation de la population fortement concentrée dans les grands centres urbains et le long des voies de communication (de Nancy à Thionville). La Moselle est le département le plus peuplé et le plus dense de la Région (1 million d’habitants).

La zone d’attraction du CHR Metz-Thionville (environ 550 000 habitants) se caractérise par des bassins de population denses (actifs et population vieillissante dans les cantons ruraux). Ce contexte confère au CHR Metz-Thionville le devoir d’assurer l’ensemble des disciplines spécialisées couvrant le bassin de population de l’axe Metz-Thionville.

A Thionville, la construction d’un nouvel hôpital médico-gériatrique, en façade de l’Hôpital Bel Air, illustre la volonté de promouvoir un pôle sanitaire sur le site, en tissant des liens fonctionnels entre la gériatrie, les plateaux techniques et les services cliniques existants. Cette construction s’intègre parfaitement dans la cité pour une meilleure accessibilité des usagers et fait partie intégrante d’une réflexion d’aménagements extérieurs avec la Mairie de Thionville.

Ce nouvel hôpital médico-gériatrique (176 lits et places) accueillera l’ensemble de l’activité du pavillon Dim Saillet, à orientation gériatrique. Il en sera de même pour les services de pneumologie, qui situés à proximité des services d’imagerie, de réanimation et de cardiologie, amélioreront la prise en charge des patients. L’individualisation de l’hôpital de jour d’oncologie, permettra, lui aussi, une meilleure prise en charge dans une unité dédiée dans ce nouveau bâtiment.

L’architecture de ce nouvel hôpital est caractérisée par trois ailes en forme de pétales sur 5 niveaux où les unités sont réparties autour d’un lieu de vie commun (infirmerie, salle de repas et de rencontre) situé dans le coeur central du bâtiment. La construction a débuté en 2004 et sera finalisé début 2006 et s’inscrit dans le Plan Hôpital 2007. Le budget global est de 18 733 400 Euros .

Parallèlement, une extension du SAU (de 1600 m² à 3700 m²) regroupant les Urgences somatiques, psychiatriques et pédiatriques est en cours de réalisation pour un montant de 4 190 900 Euros. De même, en 2005, le bloc opératoire sera rénové permettant une mise aux normes (sécurité et hygiène) et une optimisation des circuits.

A Metz, le site actuel de l’hôpital Bon Secours, situé en centre ville, souffre de l’exiguïté extrême de sa parcelle et de l’hétérogénéité de ses bâtiments. La construction du nouvel hôpital de Metz figure dans le projet d’établissement du CHR et dans le Contrat d’Objectif et de Moyens du CHR, il a été inscrit en septembre 2003 dans le plan Hôpital 2007.
Le nouvel hôpital de Metz d’une capacité de 640 lits et places sera implanté sur le site du château de Mercy en extrémité du technopole de Metz. Le terrain prévu pour accueillir le nouvel hôpital a une surface de 12,45 ha hors emprise du château (0,65 ha).

Entre « hôpital monobloc » dont l’échelle induit une certaine déshumanisation et « hôpital pavillonnaire » dont l’éclatement des fonctions n’est plus viable. Aujourd’hui, le concept retenu pour la conception du nouvel hôpital de Metz est celui d’un « hôpital plots ».
Ainsi la conception du nouvel hôpital repose sur l’identification de quatre ensembles majeurs :
– un bâtiment médico-technique central
– un bâtiment chirurgical
– un bâtiment regroupant les activités de neurologie et cardio-vasculaire
– un bâtiment regroupant les activités d’hématologie, d’oncologie et de pneumologie

L’organisation du futur hôpital a été entièrement repensée dans un but d’optimisation de la qualité et des moyens. Pour atteindre cet objectif, des principes majeurs ont été développés :
– les plateaux d’hébergements sont flexibles et modulaires
– regroupement des chambres en modules de 11 à 12 lits (unités de 22 à 24 lits pour optimiser l’organisation soignante)
– « modularité » des secteurs d’hospitalisation, flexibilité d’attribution des lits en fonction des évolutions d’activité
– les locaux de consultation sont situés au rez-de-chaussée de chaque bâtiment (aisément accessibles aux patients externes) et séparés des locaux d’hébergement
– possibilité d’une extension à terme du bâtiment médico-technique central

Le coût de l’opération est estimé à environ 180 millions d’euros toutes dépenses confondues valeur fin de chantier. La prise en charge des frais financiers est assurée dans le cadre du budget de l’établissement avec l’appui de l’Agence Régionale d’Hospitalisation (dans le cadre du Contrat d’Objectifs et de Moyens du CHR) et du plan national Hôpital 2007 à hauteur d’environ 9 millions d’euros/an.

La construction du nouvel hôpital de Metz se fait dans le cadre d’une procédure novatrice appelée « conception-réalisation ».
Le maître d’ouvrage (ici le CHR Metz-Thionville) choisit simultanément un groupement entrepreneur-concepteur et conclut avec ce groupement un marché unique. Le groupement se voit confier par contrat l’entière responsabilité de concevoir, réaliser, et de mettre en service le bâtiment , destiné à répondre au besoin exprimé par le maître d’ouvrage.

Pour mener à bien ce projet d’envergure, un comité de suivi pluridisciplinaires a été mis en place. Ce comité de suivi composé de 20 membres anime des groupes thématiques et transversaux qui auront pour mission de suivre l’évolution du projet qui devrait s’achever fin 2009.

Quelques dates clés

Juin 2004 : appel à candidature marché conception réalisation
Décembre 2004 : sélection des candidats admis à concourir

Janvier 2005 : lancement de l’appel d’offre conception réalisation
Juillet 2005 : remise des offres
Octobre 2005 : analyse des offres et attribution

Juin 2006 : plan d’exécution et permis de construire
Juin 2006 : démarrage des travaux

Juin 2009 : fin de chantier
Novembre 2009 : ouverture du nouvel hôpital

Parallèlement à cette construction neuve, l’hôpital Félix Maréchal (rééducation fonctionnelle, cardiaque et gériatrie) a entamé depuis 2002 un vaste programme de rénovation en vue d’améliorer les conditions de vie des personnes âgées hospitalisés.
Le coût de l’investissement s’élève à 20 605 024 euros, fin des travaux prévus en 2007.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.