Vaste restructuration de l’hôpital SAINT-ELOI

D'ici août 2005, l'établissement Saint-Eloi devrait connaître une profonde transformation avec la construction de la deuxième tranche du plateau technique de Thérapie Cellulaire et du nouveau bâtiment abritant le service des Maladies du sang et avec la création de l'Institut Régional de Biothérapie. A ce programme s'ajoute la construction de nouveaux locaux pour la Pharmacie et d'un parking sur 2 niveaux pouvant accueillir 200 véhicules.

D’ici août 2005, l’établissement Saint-Eloi devrait connaître une profonde transformation avec la construction de la deuxième tranche du plateau technique de Thérapie Cellulaire et du nouveau bâtiment abritant le service des Maladies du sang et avec la création de l’Institut Régional de Biothérapie. A ce programme s’ajoute la construction de nouveaux locaux pour la Pharmacie et d’un parking sur 2 niveaux pouvant accueillir 200 véhicules.

Le projet lauréat, du groupement d’architectes BRUNET-SAUNIER/SIRR Ingénierie, se caractérise par une conception générale s’intégrant parfaitement dans le parc de Saint-Eloi. De plus, ce projet évolutif autorisera différentes extensions.

La stratégie médicale
L’objectif est de regrouper des activités de biothérapies au sein de l’Institut Régional de Biothérapie (IRB) lequel inclut d’une part une extension du plateau technique de thérapie cellulaire et tissulaire et d’autre part le service d’Hématologie et d’Oncologie Médicale qui accueillera une unité clinique de biothérapie dépendante de l’IRB.

La Génétique et la Thérapie Génique ont été définies comme des axes stratégiques d’établissement. L’enjeu de ces disciplines est double :
Prospective médicale – la génétique et la thérapie génique ouvrent la possibilité de prédiction des maladies et des thérapeutiques ciblées. Ce sera la caractéristique du 21ème siècle, qui verra se modifier les pratiques médicales pour les pathologies les plus lourdes.

Valorisation des potentialités locales de haut niveau
L’IRB aura quant à lui pour vocation de regrouper sur un même site des laboratoires de recherche fondamentale, des laboratoires hospitaliers de recherche et développement, une unité de thérapie cellulaire et génique, des lits de thérapie génique en confinement.
Des sociétés privées pourront également s’implanter dans cet institut pour permettre le transfert des innovations vers le domaine thérapeutique.

Unité et identité de l’activité de biothérapie
L’Institut Régional de Biothérapie sera le lieu référent de Saint-Eloi. L’architecte a créé autour de la chapelle existante, édifice marquant dont le maintien a été décidé par le CHU, une place en gradin autour de laquelle s’articule les différents bâtiments : plateaux techniques, extension du plateau technique, IRB et nouvelle pharmacie.
Cette configuration spatiale méditerranéenne est non seulement un lieu de composition architecturale, un espace de respiration, un repère pour la nouvelle entrée Nord de Saint Eloi, mais aussi un lieu de détente, de rencontre et de convivialité pour l’ensemble des chercheurs, une perspective agréable pour les locaux de travail qui l’entourent. Cette nouvelle place, qui n’attend plus qu’un nom, est plantée d’arbres alignés en conservant ceux existants, dont le palmier de la crèche.
Cette place est bordée au Sud et à l’Est par le plateau technique et son extension, au Nord par l’IRB dont le hall principal donne sur l’abside de la chapelle.

Délais de réalisation
Etudes : juillet 2002 – septembre 2003
Consultation des entreprises : octobre 2003 – février 2004
Travaux : mars 2004 – août 2005

Phasage : L’opération se décompose en trois phases qui sont indépendantes et fonctionnelles à l’issue de chacune d’entre elles.
Tranche ferme et montant des travaux et des équipements

Phase 1 : Construction de l’extension du plateau Technique de Thérapie Cellulaire 1 454 160 euros HT

Construction de l’Institut Régional de Biothérapie : 5 450 400 euros HT
Phase 2 : Construction du service d’hématologie et oncologie médicale : 4 748 830 euros HT

Tranches conditionnelles
Construction de la pharmacie : 1 948 873 euros HT
Construction du parking de 2 niveaux: 1 035 800 euros HT

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.