Vente aux enchères publiques, un patrimoine à partager

Après 8 siècles d’histoire et d’activité, l’Hôpital Général ferme progressivement ses portes et transfère ses missions de soin, d’enseignement et de recherche au flambant neuf Centre Hospitalier Universitaire de Dijon. De ce temps désormais révolu restent des souvenirs incarnés par de nombreux objets et mobiliers qui n’ont plus leur place dans les espaces ultra modernes ou rénovés du site Bocage. Le CHU, n’ayant ni la vocation ni les moyens d’entretenir tous les objets dont il est légataire, il a décidé de les proposer à son personnel et à ceux qui souhaitent garder un témoignage du passé, lors de la vente aux enchères publiques le 6 décembre 2014.

Après 8 siècles d’histoire et d’activité, l’Hôpital Général ferme progressivement ses portes et transfère ses missions de soin, d’enseignement et de recherche au flambant neuf Centre Hospitalier Universitaire de Dijon. De ce temps désormais révolu restent des souvenirs incarnés par de nombreux objets et mobiliers qui n’ont plus leur place dans les espaces ultra modernes ou rénovés du site Bocage. Le CHU, n’ayant ni la vocation ni les moyens d’entretenir tous les objets dont il est légataire, il a décidé de les proposer à son personnel et à ceux qui souhaitent garder un témoignage du passé, lors de la vente aux enchères publiques le 6 décembre 2014.
Ces objets, principalement des meubles et objets des années 1960 – 1970, proviennent d’une sélection effectuée par l’établissement, en étroite collaboration avec le Service des Monuments Historiques et l’Agence Régionale de Santé. Le produit de cette vente sera alloué à la conservation et la valorisation du patrimoine restant. Les objets ainsi vendus pourront poursuivre leur histoire et connaître une mise en valeur (restauration et/ou exposition) que le CHU ne peut leur offrir.
Le catalogue des ventes disponible en ligne  
Un inventaire de 1 700 objets
En 2001, le partenariat CHU-ARS a permis de mener un premier inventaire complet recensant 1 700 objets de ce type disséminés sur l’ensemble des sites : Hôpital Général, Bocage, Champmaillot, Unité CHU/Chartreuse, Centre de jour Victor Hugo, église Saint-Michel et Cour d’Appel.
Le patrimoine du CHU se compose de plusieurs types de biens : immeubles, terres, forêts, vignes, mobiliers. Parmi ces biens mobiliers, on distingue :
– La collection d’objets d’art et d’histoire achetés par l’hôpital pour les malades ou les soignants religieux puis laïcs ou transmis par dons et par legs.
– La collection des objets du quotidien dont la valeur relève du domaine ethnologique. C’est le cas par exemple des meubles, des ustensiles de cuisine, du matériel de secrétariat, des outils de menuiserie … Tous ces objets usuels témoignent des évolutions des métiers hospitalier.
– La collection des objets scientifiques et techniques qui se structure suivant les différents domaines de la recherche.
– La collection des objets médicaux qui se matérialise également suivant les différentes spécialités existantes.
Une première vente aux enchères principalement de meubles anciens avait eu lieu en décembre 2012.
www.chu-dijon.fr 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.