Vente de l’hôtel Miramion pour 35,1 millions d’euros

L’hôtel de Miramion, propriété de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, a été vendu à un investisseur privé français qui souhaite garder l’anonymat pour un montant de 35,1 millions d'euros. L'opération a été menée par l'agence Féau Commercialisation qui avait emporté l'appel d'offres lancé par l'AP-HP.

L’hôtel de Miramion, propriété de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, a été vendu à un investisseur privé français qui souhaite garder l’anonymat pour un montant de 35,1 millions d’euros. L’opération a été menée par l’agence Féau Commercialisation qui avait emporté l’appel d’offres lancé par l’AP-HP.

La mise en vente s’est organisée sous la forme d’une consultation publique avec une remise des offres intervenue le 29 juin dernier. Elle s’est réalisée le 30 ocotbre par la signature de l’acte authentique de vente.
La vente de l’hôtel Miramion s’inscrit dans la politique patrimoniale de valorisation des biens immobiliers non utilisés pour sa mission hospitalière. Le produit de cette cession sera affecté à la politique d’investissements de l’AP-HP, à la modernisation de ses structures et de ses équipements médicaux. 
Situé derrière Notre-Dame, sur les bords de Seine, au 47 quai de la Tournelle dans le 5e arrondissement de Paris, l’hôtel Miramion est un hôtel particulier de 3 820 m² du premier tiers du XVIIe siècle, attribué à François Mansart.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.