Véronique Anatole-Touzet nouvelle directrice générale du CHU de Rennes

Véronique Anatole-Touzet a été nommée directrice générale du CHU de Rennes, par décret du Président de la République en date du 24 février 2015. Elle succède à André Fritz qui a fait valoir ses droits à la retraite. Madame Touzet prendra ses fonctions le 15 mars.

Véronique Anatole-Touzet a été nommée directrice générale du CHU de Rennes, par décret du Président de la République en date du 24 février 2015. Elle succède à André Fritz qui a fait valoir ses droits à la retraite. Madame Touzet prendra ses fonctions le 15 mars.

Véronique Anatole-Touzet quittera donc la direction générale du CHR de Metz-Thionville, poste qu’elle occupait depuis juin 2007. Diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP), âgée de 54 ans, Véronique Anatole-Touzet a commencé sa carrière hospitalière en 1984 comme élève-directeur au centre hospitalier Sainte- Anne à Paris.
De janvier 1986 à début 1998, elle a occupé plusieurs fonctions successives à l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP). D’abord à la direction de la stratégie au siège puis d’octobre 1989 à octobre 1994, elle a occupé des responsabilités au CHU de Bicêtre (Val de Marne) en tant que directeur des finances et du système d’information. Elle a intégré ensuite la direction du personnel et des relations sociales (DPRS) en tant que chef du département de la « prospective et emploi ».
De février 1998 à juin 2007, elle prend successivement les postes de directrice adjointe puis directrice du Centre Hospitalier intercommunal d’Evreux et de Vernon, en Haute-Normandie, où elle pilote la fusion des deux hôpitaux et lance la construction du nouvel hôpital d’Evreux.
Au CHR de Metz-Thionville depuis juillet 2007, elle a mené la construction et l’ouverture du nouvel hôpital de Mercy à Metz (opération de 340 millions d’euros, regroupant toutes les activités adultes et femme-mère-enfant du site de Metz), la rénovation du site de Thionville (60 millions d’euros), mis en œuvre le retour à l’équilibre budgétaire du CHR et développé de nombreuses coopérations avec les autres établissements de la région, notamment avec le CHU de Nancy.
A la demande des autorités de tutelle, elle a aussi conduit le redressement médical et financier d’établissements publics (Centre hospitalier de Briey, intérim dans le bassin houiller) et d’établissements privés évitant le dépôt de bilan de l’hôpital-maternité Sainte-Croix et de l’hôpital d’Hayange, intégrés au CHR en 2009 et 2012.
Madame Anatole-Touzet est également Vice-Présidente de la Conférence des Directeurs Généraux de CHU et préside la Commission Stratégie de la Conférence. Elle est aussi membre du Conseil d’Administration de la Fédération Hospitalière de France et du Conseil National de l’Urgence Hospitalière.
6 femmes à la tête d’un CHU
La profession de directeur général se féminise. Le corps compte 6 femmes sur un total de 32 responsables.
CHU d’Amiens-Picardie : Catherine Geindre
CHU de Dijon : Elisabeth Beau
CHU de Grenoble : Jacqueline Hubert
CHU de Nîmes : Martine Ladoucette
CHU de Rennes : Véronique Anatole-Touzet
CHU de Tours : Marie-Noëlle Gerain-Breuzard

Depuis la loi HPST (Hôpital-Patients-Santé-Territoires) de 2009, dite loi Bachelot, les directeurs de CHU sont nommés par décret sur rapport du ministre chargé de la Santé et du ministre chargé de l’Université et de la Recherche. Le directeur peut être un fonctionnaire ou un contractuel.
A noter qu’en cas de vacance d’emploi, le directeur général de l’Agence régional de santé (ARS) est compétent pour désigner la personne chargée d’assurer l’intérim.
6 directrices générales et 26 directeurs généraux

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Pour les CHU, le spectre de l’impasse financière

Dans un communiqué rendu public ce lundi 2 octobre, la Conférence des Directeurs Généraux de CHU s’alarme de la mauvaise situation financière des CHU français, imputable selon elle aux surcoûts en termes de ressources humaines et aux effets de l’inflation. Et redoute une dégradation rapide si l’Etat ne fait rien.

A Lyon, l’IA prédit désormais des résultats d’essais cliniques

Le 11 septembre dernier, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a publié les résultats d’un essai clinique sur un traitement pour soigner le cancer du poumon. Jusqu’ici, tout paraît à peu près normal. Ce qui l’est moins : trois jours avant cette publication, une intelligence artificielle a permis de prédire avec justesse les résultats de ce même essai. Une grande première au niveau mondial.

Dossier : l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

L’Accident Vasculaire Cérébral touche 150 000 personnes par an. Responsable de 110 000 hospitalisations selon le ministère de la santé, cet arrêt soudain de la circulation sanguin à l’intérieur du cerveau représente la troisième cause de décès chez l’homme et deuxième chez la femme, soit au total 30 000 décès par an. En France, plus de 500 000 Français vivent avec des séquelles suite à un AVC.

AVC : la promesse d’une prise en charge en moins de dix minutes

Les conséquences d’un Accident Cardiovasculaire (AVC) peuvent être lourdes, voire fatales. Première cause de dépendance et troisième cause de mortalité en France, cette pathologie due à une mauvaise irrigation du cerveau fait de plus en plus de victimes. Face à cette réalité alarmante, le CHU de Montpellier a annoncé fin août la mise en place d’un nouveau plateau technique offrant aux patients un parcours de soins optimisé. Et de promettre désormais une “prise en charge en neuf minutes”.

Coup d’oeil sur le métier d’infirmière formatrice

Isabelle Teurlay-Nicot est infirmière formatrice auprès des aides-soignants à l’IMS (Institut des Métiers de la Santé) du CHU de Bordeaux. Un métier qui ne se limite pas seulement à la notion d’apprentissage. En juillet dernier, elle a accepté de revenir sur cette profession ou se mêlent expertise médicale et pédagogie.