Véronique Desjardins nommée directrice générale du CHU de Rouen

Véronique Desjardins vient d’être officiellement nommée à la tête du CHU de Rouen. Manager expérimentée, Véronique Desjardins, 58 ans, a passé une grande partie de sa carrière à l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) au sein des direction des finances et des ressources humaines. Elle est ensuite nommée à la tête de l’hôpital Bretonneau à Paris puis de l’hôpital Charles Foix d’Ivry-sur-Seine et enfin de l’hôpital Ambroise Paré à Boulogne-Billancourt. Depuis cinq ans elle dirigeait le Centre Hospitalier de Versailles, un établissement à taille humaine (762 lits) parmi les plus importants d’Ile de France, établissement support du Groupement Hospitalier de Territoire Yvelines Sud.

Véronique Desjardins vient d’être officiellement nommée à la tête du CHU de Rouen. Manager expérimentée, Véronique Desjardins, 58 ans, a passé une grande partie de sa carrière à l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) au sein des direction des finances et des ressources humaines. Elle est ensuite nommée à la tête de l’hôpital Bretonneau à Paris puis de l’hôpital Charles Foix d’Ivry-sur-Seine et enfin de l’hôpital Ambroise Paré à Boulogne-Billancourt. Depuis cinq ans elle dirigeait le Centre Hospitalier de Versailles, un établissement à taille humaine (762 lits) parmi les plus importants d’Ile de France, établissement support du Groupement Hospitalier de Territoire Yvelines Sud.
Véronique Desjardins, mariée et mère de 4 enfants, se dit heureuse et fière de pouvoir participer à l’essor et au rayonnement du CHU de Rouen. "Ma mission est de poursuivre la dynamique de modernisation entreprise au CHU, avec rigueur et bienveillance. Je serai attentive et à l’écoute de tous les projets, en priorité ceux en faveur d’une amélioration des soins des patients, mais aussi aux idées qui favorisent de meilleures conditions de vie au travail pour les professionnels de santé. Pour moi, l’un ne va pas sans l’autre."


Cette nomination fait grimper à 12 le nombre de femmes DG de CHU en France (12 sur 32 au total cf https://www.reseau-chu.org/directeurs-generaux/les-directeurs-generaux/ )
Le CHU de Rouen dispose d’atouts majeurs pour rayonner au niveau régional, national et international. La qualité et la sécurité des soins prodigués à la population sont reconnues et certifiées par la Haute Autorité de Santé. Le niveau des équipes pédagogiques et de recherche, en lien avec l’université, est excellent dans de multiples domaines, en génétique ou en cardiologie par exemple. 
Le plateau médico-technique est  à la pointe de la technologie. Le CHU va se doter très prochainement de la dernière génération de robot chirurgical et le Medical Training Center est un bel outil pour valoriser les savoirs faire de nos professionnels, un atout régional qui attire déjà des professionnels du monde entier.
"Au-delà même de l’excellence technique, je suis aussi consciente et fière du rôle du CHU dans la prise en charge des tous les patients, aux urgences, dans les établissements accueillants des personnes âgées et pour les plus précaires d’entre eux, grâce au travail remarquable de notre permanence d’accès aux soins de santé". poursuit la nouvelle directrice générale.
Pour Emmanuèle Jeandet-Mengual, présidente du Conseil de Surveillance du CHU de Rouen, cette nomination est une excellente nouvelle : « Je suis ravie d’accueillir Véronique Desjardins et je lui souhaite la bienvenue au CHU, à Rouen et plus largement en Normandie. Je lui réaffirme ma confiance et mon soutien pour mener à bien les missions et projets qui l’attendent, en lien bien sûr avec les autres établissements du GHT Rouen Cœur de Seine et les partenaires de santé régionaux tels que le CHU de Caen ou le Groupement Hospitalier du Havre avec lesquels nous travaillons étroitement au service de tous les normands. Je pense qu’avec son parcours et ses compétences Véronique Desjardins saura relever les défis auxquels le CHU doit faire face aujourd’hui et dans les années qui viennent, en termes de santé publique et dans le respect des réalités budgétaires qui s’imposent à nous ».
Parcours professionnel de Véronique DESJARDINS en quelques dates…
De 1980 à 1988…
Après des études à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris puis à l’ENSP, aujourd’hui EHESP, Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique à Rennes, Véronique Desjardins est nommée Chef du Bureau du Contrôle de Gestion, puis Chef du Bureau du Budget des Etablissements du Sud et du Centre de Paris à la Direction des Finances de l’AP-HP. 
De 1989 à 1993…
Toujours au sein de l’AP-HP, elle devient Directrice adjointe de l’hôpital d’enfants Armand Trousseau en charge des finances.
De 1993 à 2003…
Véronique Desjardins rejoint l’hôpital Necker – Enfants malades tout d’abord en tant que Chargée des finances. En 1994, elle devient Directrice des Ressources Humaines jusqu’en 2000 où elle est nommée Directrice adjointe Chargée de la Direction des Investissements.
De 2003 à 2010…
Elle devient ensuite Directrice de l’Hôpital Bretonneau, avant de diriger, en 2009, l’Hôpital Charles Foix.
De 2010 à 2013…
Véronique Desjardins accepte le poste d’Adjointe au Directeur du Groupe des Hôpitaux Universitaires Paris-Ile de France Ouest qui regroupe 4 établissements de l’AP-HP autour de l’hôpital Ambroise Paré « établissement support » dont elle devient la Directrice. A ce titre, elle met en place le projet de mutualisation de toutes les fonctions supports (Ressources Humaines, Achats, Finances, Travaux, Système d’info….)
En 10 ans, Véronique Desjardins aura ainsi impulsé de multiples projets tels que la réorganisation d’un service d’urgences, l’optimisation du fonctionnement des blocs opératoires, l’amélioration des conditions de travail à l’échelle de l’AP-HP, la restructuration de plusieurs hôpitaux de jour ou bien encore la gestion d’une épidémie de grande ampleur à l’échelle de plusieurs établissements. Autant d’expériences enrichissantes dans tous les domaines de la gestion hospitalière qui lui permettent aujourd’hui de prendre la direction d’un CHU aux multiples facettes.
Depuis 2013 et jusqu’à son arrivée au CHU de Rouen, elle dirige le Centre Hospitalier de Versailles, établissement support du Groupement Hospitalier de Territoire Yvelines Sud. Rappelons que le GHT Yvelines Sud est à la fois le plus important en nombre d’établissements (10) mais également celui ayant développé le plus grand nombre de filières de soins (17) de la région Ile-de-France. Il est doté d’un projet médical et d’un projet de soins partagés, de même que d’un schéma directeur du système d’information. Une expérience dont pourra profiter le GHT Rouen Cœur de Seine dont le CHU est lui-aussi l’établissement support.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.