Vertèbre consolidée grâce à un système couplant imagerie 3D et navigation chirurgicale : innovation majeure à Grenoble

« Une vertébroplastie en chirurgie mini-invasive grâce à un système innovant intégrant en une seule machine, imagerie 3D et navigation chirurgicale en temps réel » telle est la prouesse que vient de réaliser en ambulatoire le service Orthopédie et Traumatologie du Sport de l’hôpital Nord du CHU Grenoble Alpes. Le patient, un homme de 55 ans, souffrant d'une fracture du sacrum a été opéré le mardi 12 décembre et a pu rentrer chez lui le soir même.
« Une vertébroplastie en chirurgie mini-invasive grâce à un système innovant intégrant en une seule machine, imagerie 3D et navigation chirurgicale en temps réel » telle est la prouesse que vient de réaliser en ambulatoire le service Orthopédie et Traumatologie du Sport de l’hôpital Nord du CHU Grenoble Alpes. Le patient, un homme de 55 ans, souffrant d’une fracture du sacrum a été opéré le mardi 12 décembre et a pu rentrer chez lui le soir même.
« Nous venons d’injecter du ciment dans les pédicules d’une vertèbre difficile d’accès, le sacrum, la partie basse de la colonne vertébrale. Cette première est une réussite. Le scanner de contrôle qui a été fait avec la même machine, en salle d’opération, quelques minutes seulement après l’intervention a confirmé la qualité du geste. Le patient peut être réveillé et sortir dès la fin de la journée. Cette nouvelle technologie permet une importante accélération des procédures avec une sécurité renforcée. Il s’agit d’une réelle avancée dans la chirurgie mini-invasive. Des gestes de plus en plus compliqués vont pouvoir être réalisées grâce au Surgivisio. Nous sommes en marche vers le « tout percutané » en traumatologie rachidienne et pelvienne » annonce le Pr Jérôme Tonetti, chef du service Orthopédie et Traumatologie du Sport de l’hôpital Nord du CHU Grenoble Alpes.
L’avancée réside dans la fusion des deux technologies relevant auparavant d’équipements séparés, appareils d’imagerie 3D d’un côté et appareils de navigation chirurgicale de l’autre.
De conception grenobloise, le système Surgivisio permet aux chirurgiens de suivre leur geste directement sur l’image 3D du patient. Plus sûre, plus rapide, plus fiable, cette solution présente de nombreux avantages, une plus grande précision du geste et une moindre exposition des patients et du personnel aux rayons X (entre 90 et 180 images contre 380 à 760 pour d’autres systèmes, soit une dose d’irradiation 4 fois inférieure).
« Pendant les huit années de conception de ce système, nos équipes d’ingénieurs ont été très attentives aux besoins, contraintes et difficultés des chirurgiens. Pour faire un système très simple d’utilisation, notre équipe a travaillé avec une motivation exceptionnelle pour développer des algorithmes et des technologies complexes et innovantes, que nous avons protégées par des brevets. Le résultat est une solution intuitive, précise et robuste. » explique Stéphane Lavallée, président de la société Surgivisio.

Cette première utilisation mondiale est une étape clef dans l’avenir de la chirurgie mini-invasive particulièrement adaptée à la chirurgie vertébrale.

Le système Surgivisio intéresse tout particulièrement les 600 patients graves chaque année en traumatologie complexe au Trauma center du CHU, centre de référence ayant l’activité la plus importante de France. Parmi les personnes accidentées des jeunes désireux de reprendre rapidement une vie active et souhaitant être traités par des techniques de pointe peu invasive, et aussi des moins jeunes. Beaucoup de seniors souffrant d’ostéoporose sont traités pour des fractures du col du fémur, des fractures pelviennes (en augmentation). Pour eux il est essentiel de retrouver une mobilité et une autonomie immédiates. Surgivisio  est une solution adaptée à cette patientèle à forte comorbidité. Elle leur évite une chirurgie à foyer ouvert synonyme d’opération plus longue, de risques hémorragiques et d’infections du site opératoire (ISO).
Sur le même sujet

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.