Victimes de violence conjugale : journée interprofessionnelle au CHU d’Angers

L'an dernier 118 femmes ont succombé aux coups portés par leur conjoint ou ex-conjoint rappelle le Haut Conseil à l'Égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) la veille de la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes. Acteur majeur de prévention, le CHU d’Angers fait sienne cette grande cause. Pour apporter une réponse collective à ce problème crucial de société, le CHU réunit les acteurs du monde médical et social, le 26 novembre 2015.
L’an dernier 118 femmes ont succombé aux coups portés par leur conjoint ou ex-conjoint rappelle le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) en cette veille de la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes. Acteur majeur de prévention, le CHU d’Angers fait sienne cette grande cause. Pour apporter une réponse collective à un problème crucial de société, le CHU réunit les acteurs de monde médical et social, le 26 novembre 2015.
L’initiative, portée par le service de médecine légale de l’établissement, met à l’honneur le Pr. Henrion, auteur en 2001 d’un état des lieux inédit et alarmant sur les situations de violences conjugales. Son rapport a inspiré une politique gouvernementale volontariste en faveur des femmes victimes. A la tribune également Madame Ernestine Ronai, militante de longue date et coordonnatrice de la Mission interministérielle pour la protection des femmes victimes de violences (Miprof).
Pour prévenir les situations dramatiques, une coopération est requise entre tous les intervenants 
L’enjeu : activer un réseau de soutiens experts, si possible en amont des situations de crise et accompagner les victimes dans leur projet de reconstruction. Il s’agit de renforcer le dépistage des victimes pendant leur grossesse, de créer un réseau pour l’hébergement d’urgence, de lutter contre les conduites addictives et les tentatives de suicides… 

Nombreux sont les professionnels concernés et mobilisés : les médecins spécialistes du CHU, les généralistes, les sages-femmes, les assistantes sociales, les infirmières ou encore les conseillers en économie sociale et familiale de la région.
Dans cette même dynamique, les futurs professionnels de santé, le CDI des écoles du CHU d’Angers seront sensibilisés par une exposition thématique réalisée par le Centre d’Information sur les Droits des Femmes du Maine-et-Loire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.