Victimes de violences et de catastrophes : une coordination nationale et des antennes régionales

Attentats, catastrophes naturelles ou industrielles, viols, violences familiales, situations de harcèlement scolaire ou professionnel, migrations, enfants de retour de pays en guerre… Pour améliorer les soins aux victimes de tous âges, la France a créé un centre national de ressources et de résilience (CN2R). Il fédère l’expertise clinique et universitaire d’équipes très expérimentées, d’un réseau de partenaires nationaux et internationaux reconnus et bénéficie d’une collaboration étroite avec les sciences humaines et sociales. Le centre a ouvert ses portes début 2019 au CHU de Lille, piloté à l’AP-HP par le Pr Thierry Baubet et au CHU de Lille par le Pr Guillaume Vaiva. Le CN2R coordonne 10 centres régionaux de soin des psychotraumatismes. Explications...

Attentats, catastrophes naturelles ou industrielles, viols, violences familiales, situations de harcèlement scolaire ou professionnel, migrations, enfants de retour de pays en guerre… Pour améliorer les soins aux victimes de tous âges, la France a créé un centre national de ressources et de résilience (CN2R). Il fédère l’expertise clinique et universitaire d’équipes très expérimentées, d’un réseau de partenaires nationaux et internationaux reconnus et bénéficie d’une collaboration étroite avec les sciences humaines et sociales. Le centre a ouvert ses portes début 2019 au CHU de Lille, piloté à lAP-HP par le Pr Thierry Baubet et au CHU de Lille par le Pr Guillaume Vaiva. Le CN2R coordonne 10 centres régionaux de soin des psychotraumatismes. Explications...

Les dix centres régionaux coordonnés par le CN2R 

·         Les établissements de l’AP-HP pour ses centres « AP-HP Paris Nord » et « AP-HP Centre -Sud »
·         le CHU de Lille
·         le CHU de Dijon
·         le CHU de Tours
·         le CHU de Strasbourg
·         les Hospices civils de Lyon
·         le CHU de la Martinique
·         le projet porté en commun par les trois CHU de la région Occitanie (Toulouse, Montpellier et Nîmes)
·         le projet porté conjointement par le CHU de Nice et la Fondation Lenval
Les deux centres régionaux pour l’Ile-de-France : « AP-HP CentreSud » et « AP-HP Paris Nord » bénéficient de l’expérience particulière de l’institution dans le domaine des victimes de terrorisme, des migrants et des enfants.   
Ouvert en mars 2019, le centre régional du psychotraumatisme « AP-HP CentreSud » de l’AP-HP, co-porté par les Docteurs Nicolas Dantchev (hôpital Hôtel-Dieu AP-HP) et Florian Ferreri (hôpital Saint-Antoine  AP-HP) implique de nombreux sites de l’AP-HP et hors AP-HP*. Il est doté d’une plateforme téléphonique dédiée à l’accueil et l’orientation (01 42 34 78 78)
Cette plateforme téléphonique, accessible aux patients, professionnels de santé ou intervenants sociaux, centralise les demandes de prise en charge de patients habitant à Paris et dans les départements du sud de l’Ile-de-France. Sa fonction est d’évaluer, en amont des services de consultation, ces demandes afin de proposer les prises en charge les plus adaptées, en optimisant les ressources médicales et paramédicales.
Située à l’Hôtel-Dieu, la plateforme téléphonique oriente les appelants du lundi au vendredi de 9h30 à 18h30. Elle effectue une évaluation clinique ciblée dès le premier appel. Des infirmiers diplômés d’état (IDE) qui possèdent une expérience en psychiatrie et formés à la prise en charge des patients atteints de troubles psychiques consécutifs à un traumatisme réalisent ces évaluations téléphoniques. L’évaluation peut ensuite être complétée par un entretien d’accueil et d’évaluation réalisé par un des infirmiers au sein du service de psychiatrie de l’Hôtel-Dieu, puis par une consultation médicale en fonction de la gravité des symptômes présentés.
Depuis son ouverture en août dernier, la plateforme téléphonique a déjà reçu près d’une centaine d’appels et plus de 80% des patients ont pu être orientés vers les différentes structures qui constituent le centre régional du psychotraumatisme « AP-HP Centre – Sud ».
En cas d’urgence en dehors des horaires d’ouverture de la plateforme d’orientation, les personnes peuvent se rendre aux urgences des hôpitaux AP-HP de l’Hôtel-Dieu, Tenon, Pitié-Salpêtrière, Saint-Antoine. Ils peuvent également composer le 15. 
Le centre régional « AP-HP Paris Nord », porté par le Pr Thierry Baubet (chef du service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent de l’hôpital Avicenne – AP-HP) ouvrira ses portes en décembre. Il réunira les équipes des groupes hospitaliers de l’AP-HP du nord de Paris (hôpitaux René-Muret, Avicenne, Jean-Verdier, Robert-Debré, Beaujon, Bichat-Claude-Bernard et Bretonneau), ainsi que plusieurs structures publiques du nord de Paris et de l’Île-de-France**. L’expérience de l’équipe en recherche, notamment en lien avec Santé publique France et dans le champ des Sciences Humaines et Sociales y sera poursuivie et développée. Le Centre Paris Nord peut d’ores et déjà être contacté à l’adresse psychotrauma.avicenne@aphp.fr

________________ 
*Hôpitaux de l’AP-HP parties prenantes du : Pitié-Salpêtrière, Hôtel-Dieu, Saint-Antoine, Tenon, Bicêtre, Trousseau, Corentin-Celton ; la cellule d’urgences médico-psychologiques du SAMU 75 (CUMP), l’unité médico-judiciaire de l’Hôtel-Dieu, l’Institut de victimologie ; des associations (notamment Paris Aide aux Victimes et Parcours d’Exil) ; le Centre Hospitalier Sainte-Anne et l’unité psycho-trauma du Centre hospitalier intercommunal de Créteil). Il s’appuie sur une complémentarité entre les aspects cliniques (portés par le Dr Dantchev en lien étroit notamment avec l’unité médico-judiciaire de l’Hôtel-Dieu et le service de victimologie d’enfants de l’hôpital Armand-Trousseau) et la recherche (axe coordonné par le Dr Florian Ferreri, en lien avec les  projets déjà développés avec les équipes de l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière).
** Structures participant au centre régional « AP-HP Paris Nord » : le centre hospitalier Robert Ballanger d’Aulnay-Sous-Bois, co-porteur du projet, l’Etablissement public de santé Ville-Evrard, des cliniques privées, le secteur de la protection de l’enfance, et de nombreuses associations (associations du réseau France Victimes, Life for Paris, 13onze15, FENVAC, AFVT, Comede, Centre Primo Levi, Parcours d’Exils, Observatoire des Violences envers les Femmes, etc.).
Sur le même sujet
Psychotraumatisme : un centre national de ressources et de résilience co-pilotés par Lille et l’AP‐HP

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.