Victoires de la Médecine : 5 médecins du CHU de Caen récompensés

Le jeudi 13 décembre, au Casino de Paris, les Professeurs GROLLIER, KHAYAT, MASSETTI, GERARD et CHARBONNEAU ont reçu le trophée des Victoires de la Médecine 2007, dans la catégorie cardiologie métabolisme, pour leur programme de thérapeutique avancée de l'urgence hémodynamique vitale : « Ressuscitation ».

Le jeudi 13 décembre, au Casino de Paris, les Professeurs GROLLIER, KHAYAT, MASSETTI, GERARD et CHARBONNEAU ont reçu le trophée des Victoires de la Médecine 2007, dans la catégorie cardiologie métabolisme, pour leur programme de thérapeutique avancée de l’urgence hémodynamique vitale : « Ressuscitation ».

Les 6èmes Victoires de la Médecine récompensaient les innovations des équipes hospitalo-universitaires dans six catégories « médicales » : cancérologie, cardiologie métabolisme, spécialités chirurgicales, révention-santé publique, technologie, spécialités médicales.

Organisées par MVS, en partenariat avec les CHRU et la Fondation pour la Recherche Médicale, elles ont attiré un public averti de 1 500 acteurs du monde de la médecine.

Sur les 99 dossiers présentés émanant de 26 CHU, les sociétés savantes et les représentants des spécialités ont sélectionné 19 équipes, issues de 11 CHU. Parmi ces nominés, l’équipe du CHU de Caen distinguée pour son programme « Ressuscitation ». Dans la catégorie cardiologie métabolisme, elle était en compétition avec les services de deux hôpitaux parisiens : Saint Antoine et Georges Pompidou.

Par vote électronique, les médecins présents au Casino de Paris ont élu les Professeurs GROLLIER, KHAYAT, MASSETTI, GERARD et CHARBONNEAU et leurs équipes.

Ce prix est celui de la synergie initiée au CHU de Caen entre différentes spécialités médicales. En effet, le programme «Ressuscitation » traduit l’efficacité de la chaîne humaine entre l’action sur le terrain, avec le SAMU, et l’action multidisciplinaire et transversale au sein de l’hôpital, entre les services de cardiologie, de chirurgie thoracique et cardio-vasculaire, de réanimation médicale et chirurgicale.

50 000 patients sont victimes chaque année d’un arrêt cardiaque : la survie après la prise en charge n’est que de 3% et une partie des survivants souffrent de séquelles avec handicaps graves, liés en majorité aux conséquences de la réduction de la circulation sanguine et du transport de l’oxygène dans les organes « nobles », comme le cerveau et le coeur.

C’est dans ce contexte qu’a été élaboré le programme «Ressuscitation ». Il améliore le pronostic des patients présentant un risque de mort imminente. Une nouvelle stratégie de prise en charge a donc été mise en place :

– le recours à l’hypothermie thérapeutique, qui consiste en le refroidissement de la température générale du patient pour favoriser la préservation des organes en situation de souffrance. Cette hibernation temporaire limite l’installation et la progression des lésions irréversibles cardiaques et cérébrales

– l’utilisation rapide de la circulation extra-corporelle (coeur et poumons artificiels) directement au chevet du malade (c’est la technologie qui se déplace au lit malade et non l’inverse).

Les premiers résultats cliniques permettent une survie de 25 % contre 3 % pour une prise en charge conventionnelle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.