Victoires de la Médecine : 5 médecins du CHU de Caen récompensés

Le jeudi 13 décembre, au Casino de Paris, les Professeurs GROLLIER, KHAYAT, MASSETTI, GERARD et CHARBONNEAU ont reçu le trophée des Victoires de la Médecine 2007, dans la catégorie cardiologie métabolisme, pour leur programme de thérapeutique avancée de l'urgence hémodynamique vitale : « Ressuscitation ».

Le jeudi 13 décembre, au Casino de Paris, les Professeurs GROLLIER, KHAYAT, MASSETTI, GERARD et CHARBONNEAU ont reçu le trophée des Victoires de la Médecine 2007, dans la catégorie cardiologie métabolisme, pour leur programme de thérapeutique avancée de l’urgence hémodynamique vitale : « Ressuscitation ».

Les 6èmes Victoires de la Médecine récompensaient les innovations des équipes hospitalo-universitaires dans six catégories « médicales » : cancérologie, cardiologie métabolisme, spécialités chirurgicales, révention-santé publique, technologie, spécialités médicales.

Organisées par MVS, en partenariat avec les CHRU et la Fondation pour la Recherche Médicale, elles ont attiré un public averti de 1 500 acteurs du monde de la médecine.

Sur les 99 dossiers présentés émanant de 26 CHU, les sociétés savantes et les représentants des spécialités ont sélectionné 19 équipes, issues de 11 CHU. Parmi ces nominés, l’équipe du CHU de Caen distinguée pour son programme « Ressuscitation ». Dans la catégorie cardiologie métabolisme, elle était en compétition avec les services de deux hôpitaux parisiens : Saint Antoine et Georges Pompidou.

Par vote électronique, les médecins présents au Casino de Paris ont élu les Professeurs GROLLIER, KHAYAT, MASSETTI, GERARD et CHARBONNEAU et leurs équipes.

Ce prix est celui de la synergie initiée au CHU de Caen entre différentes spécialités médicales. En effet, le programme «Ressuscitation » traduit l’efficacité de la chaîne humaine entre l’action sur le terrain, avec le SAMU, et l’action multidisciplinaire et transversale au sein de l’hôpital, entre les services de cardiologie, de chirurgie thoracique et cardio-vasculaire, de réanimation médicale et chirurgicale.

50 000 patients sont victimes chaque année d’un arrêt cardiaque : la survie après la prise en charge n’est que de 3% et une partie des survivants souffrent de séquelles avec handicaps graves, liés en majorité aux conséquences de la réduction de la circulation sanguine et du transport de l’oxygène dans les organes « nobles », comme le cerveau et le coeur.

C’est dans ce contexte qu’a été élaboré le programme «Ressuscitation ». Il améliore le pronostic des patients présentant un risque de mort imminente. Une nouvelle stratégie de prise en charge a donc été mise en place :

– le recours à l’hypothermie thérapeutique, qui consiste en le refroidissement de la température générale du patient pour favoriser la préservation des organes en situation de souffrance. Cette hibernation temporaire limite l’installation et la progression des lésions irréversibles cardiaques et cérébrales

– l’utilisation rapide de la circulation extra-corporelle (coeur et poumons artificiels) directement au chevet du malade (c’est la technologie qui se déplace au lit malade et non l’inverse).

Les premiers résultats cliniques permettent une survie de 25 % contre 3 % pour une prise en charge conventionnelle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.