Vieillir en bonne santé : la stratégie mondiale de l’OMS soutenue par le Gérontopôle toulousain

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de désigner le Gérontopôle du CHU de Toulouse comme centre collaborateur (2017-2021) pour la fragilité, la recherche clinique et la formation en gériatrie. Une reconnaissance pour ce pôle devenu une référence gériatrique nationale et internationale.
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de désigner le Gérontopôle du CHU de Toulouse comme centre collaborateur (2017-2021) pour la fragilité, la recherche clinique et la formation en gériatrie. Une reconnaissance pour ce pôle devenu une référence gériatrique nationale et internationale.

La stratégie mondiale de l’OMS pour vieillir en bonne santé

Aujourd’hui pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la majorité de la population mondiale peut espérer vivre jusqu’à 60 ans et au-delà. Combinée à une baisse marquée des taux de fécondité, cette augmentation de l’espérance de vie conduit à un vieillissement rapide des populations partout dans le monde. Il s’agit là d’un profond bouleversement et ses répercussions sont considérables.
Selon l’OMS, une action globale de santé publique en matière de vieillissement de la population est nécessaire de toute urgence. Cela nécessite des changements fondamentaux dans la façon dont nous concevons le vieillissement lui-même. Le rapport mondial de l’OMS sur le vieillissement et la santé définit un cadre d’actions pour favoriser le vieillissement en bonne santé, construit autour du nouveau concept des capacités fonctionnelles. Ce cadre d’actions exige une transformation des systèmes de santé qui s’éloigne des modèles curatifs fondés sur la maladie pour préconiser des prestations de soins intégrés et centrés sur la personne âgée (voir la vidéo de l’OMS sur les soins intégrés).
C’est dans ce contexte que le Gérontopôle du CHU de Toulouse vient d’être nommé centre collaborateur de l’OMS pour la fragilité, la recherche clinique et la formation en gériatrie, en vue de soutenir la stratégie mondiale de l’OMS « Vieillir en bonne santé » (« Healthy ageing »).

Les missions du Gérontopôle en tant que centre collaborateur de l’OMS

Placé sous la direction du Professeur Bruno Vellas et du Docteur Matteo Cesari, le Gérontopôle en tant que nouveau centre collaborateur de l’OMS, a pour missions :
la recherche : le Gérontopôle sera chargé de rassembler et de synthétiser des éléments scientifiques sur les capacités intrinsèques et fonctionnelles de personnes âgées, selon des critères définies par l’OMS.
la diffusion d’informations : le centre toulousain devra assister l’OMS dans la diffusion de sa nouvelle stratégie mondiale « Vieillir en bonne santé ». Il devra notamment contribuer à la diffusion des directives de l’OMS sur les soins cliniques intégrés.
le développement d’outils de promotion : le Gérontopôle devra assister l’OMS dans la création de programmes d’éducation thérapeutiques et de formations médicales, tant pour les professionnels des centres de soins primaires que pour les centres de recours. Ces supports s’adresseront aux personnes âgées ayant des besoins légers, modérés ou plus sévères. Le centre toulousain devra aussi contribuer à la mise en œuvre de guide de bonnes pratiques et d’outils pédagogiques en fonction des pays et des besoins.

L’entrée de la gériatrie française dans une nouvelle dimension

Depuis 2007, le Gérontopôle du CHU de Toulouse a été missionné à plusieurs reprises par les ministères français en charge de la santé et des personnes âgées, pour mener des travaux de recherche et des actions de prévention dans le domaine du vieillissement, avec comme priorité la prévention de la dépendance. Aujourd’hui, en 2017, le Gérontopôle en rejoignant le réseau international des centres collaborateurs de l’OMS, peut ainsi faire valoir son expertise à l’échelle internationale.
Au-delà de cette prestigieuse reconnaissance, cette désignation permet à la France, par l’intermédiaire du Gérontopôle du CHU de Toulouse, de s’ouvrir aux problématiques et aux meilleures pratiques des autres pays dans le domaine de la fragilité, de la recherche clinique et de la formation en gériatrie. Elle offre également au Gérontopôle une véritable opportunité pour attirer de nouveaux partenaires industriels et financiers, intéressés par la mise en place d’essais cliniques et / ou le développement de nouveaux produits issus de l’innovation en gériatrie.

Les centres collaborateurs de l’OMS dans le monde

Les centres collaborateurs de l’OMS sont des institutions, instituts de recherche, départements d’universités ou d’instituts universitaires. Ils sont désignés par le directeur général de l’OMS pour mener des activités de soutien en faveur des programmes de l’Organisation. On compte actuellement plus de 700 centres collaborateurs de l’OMS, dans plus de 80 États membres. Ils collaborent avec l’OMS dans des domaines aussi variés que les soins infirmiers, la médecine du travail, les maladies transmissibles, la nutrition, la santé mentale, les maladies chroniques et les technologies sanitaires.
A ce jour, 11 organismes dans le monde, qui travaillent sur le vieillissement, ont été nommé centre collaborateur par l’OMS. Le Gérontopôle est le seul dédié à la fragilité et à la recherche clinique.

Le Gérontopôle du CHU de Toulouse : un pôle de référence

1er Gérontopôle labellisé en France dès 2007, le pôle toulousain a été missionné à quatre reprises par les ministres en charge de la santé et des personnes âgées pour mener des travaux de recherche et des actions de prévention dans le domaine du vieillissement. Ses trois axes stratégiques sont : la maladie d’Alzheimer, la fragilité et le maintien de l’autonomie, et la recherche clinique en EHPAD.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.