VIH, Syphilis et maladies sexuellement transmissibles (MST) : Marseille alerte sur leur recrudescence

Le laboratoire de microbiologie de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille dirigé par le Pr Didier Raoult a révélé une augmentation des gonococcies, de la syphilis et des primo-infections par le VIH en 2012. La veille systématique du nombre d'infections diagnostiquées réalisée depuis 2002 dans son laboratoire de microbiologie clinique permet de suivre les phénomènes saisonniers et les variations de l'incidence des maladies infectieuses et contagieuses [1].

Le laboratoire de microbiologie de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille dirigé par le Pr Didier Raoult a révélé une augmentation des gonococcies, de la syphilis et des primo-infections par le VIH en 2012. La veille systématique du nombre d’infections diagnostiquées réalisée depuis 2002 dans son laboratoire de microbiologie clinique permet de suivre les phénomènes saisonniers et les variations de l’incidence des maladies infectieuses et contagieuses [1]. Pour assurer cette surveillance, le laboratoire centralise les 145.000 tests sérologiques, 200.000 tests PCR, ainsi que les cultures de bactéries, levures et virus sur les 220.000 échantillons [2] prélevés sur les patients de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille.
Ces données sont indexées dans une base informatique qui signale toute incidence d’infection supérieure à la moyenne plus deux écarts-types. Récemment, une recrudescence a été enregistrée : sept cas de gonococcies ont été diagnostiqués en septembre 2012, alors que le nombre moyen était de 1,2 cas (extrêmes: 0-3 cas) de janvier 2005 à août, un pic qui correspond aussi à 10 fois le nombre de cas de gonococcies diagnostiquées de septembre à décembre 2012 par rapport aux mêmes mois des sept années précédentes.
En hausse également en 2012, les syphilis actives diagnostiquées par sérologie, 2,7 fois plus (164 cas) que durant la période 2005-2011 (de 44 à 84 cas par an, 62 en moyenne).
Progresse aussi le nombre annuel de personnes primo-infectées par le VIH : 1,8 fois plus élevé en 2012 (16 cas) qu’au cours des années 2005-2011 (9 cas en moyenne).

En 2012, 81% des cas de gonococcies, 89% des syphilis actives, et 100% des primo-infections VIH ont été diagnostiquées chez des hommes
, dont l’âge moyen était respectivement de 29, 46, et 39 ans. Parmi les cas de primo-infections VIH, le nombre d’hommes touchés explose : le sexe-ratio homme/femme entre les périodes 2005-2010 (37 hommes pour 13 femmes) et 2011-2012 (27 hommes pour 1 femme) (p= 0,014 ).

A l’instar des systèmes de surveillance déployés en Angleterre et au Pays de Galles, la vigie marseillaise fondée sur les diagnostics d’infection est en mesure de détecter en temps réel des changements dans l’incidence des maladies infectieuses. Grâce à ce dispositif, Marseille a été le premier centre européen à repérer et décrire une augmentation des infections sexuellement transmissibles en 2012.

Références

1. Enki DG, Noufaily A, Garthwaite PH, Andrews NJ, Charlett A, Lane C, Farrington CP. Automated biosurveillance data from England and wales, 1991-2011. Emerg Infect Dis. 2013;19(1):35-42.
2. Parola P, Colson P, Dubourg G, Million M, Charrel R, Minodier P, Raoult D. Letter to the editor. Group A streptococcal infections during the seasonal influenza outbreak 2010/11 in South East England. Euro Surveill. 2011;16(11):pii: 19816.
3. Colson P, Gouriet F, Badiaga S, Tamalet C, Stein A, Raoult D. Real-time laboratory surveillance of sexually-transmissible infections in Marseille University hospitals reveals rise of gonorrhoea, syphilis and human immunodeficiency virus seroconversions in 2012. Euro Surveill. 2013, in press.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.