Violence : deux jeunes femmes internes victimes d’agressions

Deux jeunes femmes internes ont été victimes de très violentes agressions à proximité et dans l’enceinte du bâtiment de l’internat de la Timone à l'Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, ce dimanche 9 juillet. Dans un communiqué en date du 18 juillet, l'institution précise le déroulement des faits, les secours, l'intervention de la police, le dépôt de plaintes, l'arrêt du coupable le lendemain ainsi que les mesures prises par la direction générale.
Deux jeunes femmes internes ont été victimes de très violentes agressions à proximité et dans l’enceinte du bâtiment de l’internat de la Timone à l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille, ce dimanche 9 juillet. Dans un communiqué en date du 18 juillet, l’institution précise le déroulement des faits, les secours, l’intervention de la police, le dépôt de plaintes, l’arrêt du coupable le lendemain ainsi que les mesures prises par la direction générale.

Une première interne a été violemment bousculée par un jeune homme et a réussi à lui échapper en se réfugiant dans le bâtiment. Quelques minutes plus tard, une deuxième interne a été agressée dans l’enceinte du bâtiment. Elle a été victime d’actes d’une extrême violence physique et psychologique. Réfugiée chez la responsable de l’internat, cette dernière l’a prise en charge et a immédiatement prévenu le service sécurité du site. Deux agents de sécurité sont arrivés quelques minutes après sur les lieux et ont prévenu les services de police qui ont déclenché une enquête avec audition des témoins et investigations sur les lieux de l’agression. 

Au vu de la gravité des faits et de l’extrême violence de la situation, le Directeur de la Timone s’est rendu sur place et a apporté son soutien à l’interne blessée notamment afin qu’elle puisse bénéficier des conditions optimales de sécurité et de calme lors de son hospitalisation ; un soutien psychologique lui a également été proposé. Il s’est également déplacé à l’internat pour rencontrer les internes présents, tous choqués par cette situation. Toutes les mesures ont été prises pour que la Direction facilite le dépôt de plainte des victimes. Les familles des victimes ont également été contactées.
Jean-Olivier Arnaud, Directeur Général de l’AP-HM, le Pr Dominique Rossi, Président de la Commission Médicale d’Etablissement de l’AP-HM, le Pr Georges Leonetti, Doyen de la faculté de médecine, le Pr Yvon Berland, Président d’Aix-Marseille Université et l’ensemble de la communauté hospitalière et universitaire condamnent avec la plus grande fermeté ces actes odieux. 
Ils ont souhaité exprimer toute leur solidarité aux victimes et à leurs proches et ont donné toutes les informations aux services de police et de justice qui eux-mêmes ont témoigné tout leur soutien à l’AP-HM. Cette collaboration a permis d’appréhender le coupable hier déjà connu des  services de police.
Suite à l’agression, une réunion avec l’ensemble des acteurs s’est tenue et des mesures ont été immédiatement prises en particulier concernant la porte d’entrée et la surveillance par caméras de l’internat. Un agent de sécurité est en poste depuis le 10 juillet devant l’internat. Une réunion est prévue demain entre les internes, la Direction des travaux et la Direction de la Timone afin de faire le point sur les travaux complémentaires à réaliser.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.