Le CHU de Toulouse et le Ministre des solidarités, de la Santé et de la famille ont signé une charte d'accueil des familles de victimes de la violence routière.

Le CHU de Toulouse et le Ministre des solidarités, de la Santé et de la famille ont signé une charte d’accueil des familles de victimes de la violence routière.

« Un accident de la voie publique, le décès brutal de la victime, l’accueil du blessé aux urgences ou son admission en réanimation, constituent une agression physique et psychologique pour la famille. Celle-ci est exposée à une succession de violences : le choc de l’annonce de l’accident, la découverte du coma et ses conséquences, l’attente avec incertitude, voire le décès différé de la victime, auxquelles viennent s’ajouter des procédures administratives longues et complexes. Que la victime soit blessée ou décédée, l’accompagnement de la famille est indispensable » (Extrait de la charte d’accueil des familles de victimes de la violence routière, accessible sur le site du Ministère des solidarités, de la Santé et de la famille ).

La charte d’accueil des familles de victimes de violence routière, s’inscrit dans la politique de lutte contre l’insécurité routière initiée par le Gouvernement en 2002.
Philippe Douste-Blazy, Ministre de Santé et de la Protection Sociale, souhaite que les établissements de santé outre les soins de grande qualité qu’ils prodiguent à la victime, s’engagent à appliquer une charte visant à améliorer l’accueil des familles lorsque l’un de leur proche est victime de la violence routière.

Le CHU de Toulouse parmi les premiers établissements après Paris a être signataire de la charte
Le CHU de Toulouse ayant mis en place au sein de ses sites hospitaliers des dispositifs concourrant à la qualité de l’accueil et de l’information des patients, a souhaité s’engager, dès la parution de cette Charte, à sa mise en oeuvre. Daniel Moinard, Directeur Général et Françoise de Veyrinas, Présidente du Conseil d’Administration, ont signé la Charte le vendredi 5 novembre 2004 en présence de Philippe Douste-Blazy, ministre des solidarités, de la Santé et de la famille.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.