Violences à l’hôpital : Nouveau « le bouclier protège soignants »

Violences à l'hôpital : Nouveau "le bouclier protège soignants"L'observatoire national des violences hospitalières recense chaque année une importante recrudescence des agressions dont sont victimes les personnels hospitaliers. Un aide soignant du CHU de Limoges et animateur de formations contre les violences hospitalières, constatant qu'aucun équipement n'existait pour aider à la maîtrise d'individus violents a inventé un bouclier pour protéger les hospitaliers et maîtriser leurs agresseurs. Il lui aura fallu sept ans de collaboration avec les équipes biomédicales, juridiques, et la direction générale pour que naisse ce nouveau système. Une toile enrobant des plaques en aramide permet de protéger de tous les coups portés y compris avec des objets coupants ou piquants (couteaux, seringues…). Résistante mais souple, elle s'enroule autour de l'agresseur, et se referme grâce à des bandes de fixations rapides.

L’observatoire national des violences hospitalières recense chaque année une importante recrudescence des agressions dont sont victimes les personnels hospitaliers. Un aide soignant du CHU de Limoges et animateur de formations contre les violences hospitalières, constatant qu’aucun équipement n’existait pour aider à la maîtrise d’individus violents a inventé un bouclier pour protéger les hospitaliers et maîtriser leurs agresseurs.

Fort de son expérience de soignant et sa connaissance des techniques pour neutraliser les personnes violentes, Gérard Seringe, a inventé un dispositif pour protéger les hospitaliers et maîtriser leurs agresseurs, tout en préservant leur intégrité physique.


Toile portant les plaques en aramide et comprenant des raidisseurs latéraux, des bandes de fixation rapide et des poignées

Il lui aura fallu sept ans de collaboration avec les équipes biomédicales, juridiques, et la direction générale pour que naisse ce nouveau système. Une toile enrobant des plaques en aramide permet de protéger de tous les coups portés y compris avec des objets coupants ou piquants (couteaux, seringues…). Résistante mais souple, elle s’enroule autour de l’agresseur, et se referme grâce à des bandes de fixations rapides. Des poignées permettent ensuite de porter la personne ainsi maîtrisée jusqu’à un brancard pour lui porter les soins nécessaires, au besoin après lui avoir administré un sédatif.

Une courte formation permet d’acquérir les gestes justes pour manipuler ce nouvel équipement. Au CHU de Limoges, elle est dispensée lors des formations contre les violences à l’hôpital, les premières à avoir été mises en placée en France en 1995.

Breveté par le CHU de Limoges, fabriqué par la société Airgoal (Souillac), commercialisé par le laboratoire Adhésia (Alsace), ce « bouclier » a déjà été commandé par plusieurs établissements, notamment psychiatriques, et semble intéresser au-delà du secteur sanitaire et social (sécurité…).

Un succès qui inspire encore son inventeur, qui travaille à présent sur une solution pour protéger les personnes âgées hospitalisées …des escarres.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.