Violences aux urgences de l’hôpital Nord : exaspération et inquiétude des personnels

Dimanche 3 et lundi 4 mars 2013, le Service des Urgences de l’Hôpital Nord a été le théâtre d’actes de violence commis sur les personnels et de dégradation des locaux par des usagers très agressifs.

Dimanche 3 et lundi 4 mars 2013, le Service des Urgences de l’Hôpital Nord a été le théâtre d’actes de violence commis sur les personnels et de dégradation des locaux par des usagers très agressifs.
Le Dr Philippe Jean, responsable du service accueil des urgences adultes de l’hôpital Nord, témoigne de l’exaspération et de l’inquiétude des personnels confrontés régulièrement à la colère des patients et de leurs proches "Certains agents sont restés en état de choc devant ce déferlement de violence verbale et physique" s’alarme le praticien.
Les équipes médicales et soignantes soulignent en particulier le non respect des règles de visite par les accompagnants (un seul accompagnant admis par box de soin).
Dans un message aux personnels des urgences, le directeur de l’hôpital Nord, Gilles Halimi, rend  hommage à la grande maîtrise et au courage dont les soignants et les agents de sécurité ont fait preuve à l’occasion de ces événements douloureux, inqualifiables et indignes.
Des  mesures ont été prises dès le 4 mars par l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille
– Dépôt de plainte par la Direction de l’hôpital Nord en accompagnement de la plainte déposée par les agents de sécurité agressés
– Réparation des dégâts matériels commis
– Information écrite des membres du CHSCT
Des actions de sensibilisation des usagers aux actes de violence commis à l’hôpital seront organisées prochainement dans les établissements de l’AP-HM, rappelant que toute agression physique ou verbale envers le personnel hospitalier est passible de poursuites judiciaires (art.433-3 et 222-8 du code pénal).

La violence dans les hôpitaux en 2011*
5 760 faits signalés en France
87% des violences déclarées sont des atteintes de personnes :
– 26% injures, insultes
– 18% des menaces
– 55% des coups
– 1% des faits sont qualifiés de crimes
Les 3 services les plus touchés :
– Psychiatrie (25%)
– Urgences (15% augmentation de 1.5%)
– Médecine générale (12%)
Les violences subies par les personnels des établissements sont physiques dans 51% des cas. Ces agressions sont en hausse de 4% par rapport à 2010. Les plus exposés sont les services de psychiatrie, puis des urgences.
*Source : Observatoire national des violences en milieu de santé www.sante.gouv.fr/onvs

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.