Violences conjugales : un colloque à Nantes

Un colloque sur les violences conjugales se tiendra le 26 juin prochain, à l'amphithéâtre de l'hôpital mère-enfant, à l'initiative du CHU de Nantes et Gynécologie sans frontières et avec le concours de la délégation régionale aux droits des femmes et à l'égalité des Pays de la Loire et de SOS femmes Nantes.

Un colloque sur les violences conjugales se tiendra le 26 juin prochain, à l’amphithéâtre de l’hôpital mère-enfant, à l’initiative du CHU de Nantes et Gynécologie sans frontières et avec le concours de la délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité des Pays de la Loire et de SOS femmes Nantes.

En France, tous les trois jours, une femme meurt victime de violence conjugale. La violence au sein du couple est un processus évolutif au cours duquel un partenaire exerce une domination dans le cadre d’une relation privilégiée. Physique, psychologique, verbale, émotionnelle, sexuelle, économique…, la violence se manifeste sous des aspects très variés.
On estime qu’en France, il y a plus 1,5 millions de femmes victimes de violences conjugales et 162 femmes ont été victimes en 2004 d’homicide ou de coups et blessures suivis de mort, au sein de leur couple.
Très souvent les femmes n’osent pas dénoncer cette violence de peur de représailles : elles se sentent coupables et responsables de l’échec du couple et de la situation de violence. Elles ont aussi peur de se retrouver sans ressources, si elles ne sont pas indépendantes financièrement. Tous ces éléments font que cette situation perdure, malgré des prises en charges sociales et des démarches auprès des forces de l’ordre.

Rôle des professionnels de santé, en réseau avec les associations et la justice
Un colloque sur les violences conjugales se tiendra le 26 juin prochain, à l’amphithéâtre de l’hôpital mère-enfant, à l’initiative du CHU de Nantes et Gynécologie sans frontières et avec le concours de la délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité des Pays de la Loire et de SOS femmes Nantes.

La situation en 2007
– de quoi s’agit-il ?
– la spirale de la violence,
– quelles femmes ?
– quels hommes ?
– les conséquences sur les enfants,
– les obligations juridiques des professionnels de santé.

Le dépistage
– comment aborder cette question en consultation ?
– le rôle des différents professionnels (gynécologues-obstétriciens, centres de planification familiale, médecins généralistes, urgentistes, pédiatres, PMI).

La prise en charge
– le centre fédératif des activités de médecine légale,
– les composantes médico-psychologiques, sociales et judiciaires,
– la prise en charge en réseau.

Ces thèmes seront abordés par des intervenants très impliqués dans la réflexion éthique et confrontés quotidiennement aux difficultés relatives aux violences conjugales. Cette journée est ouverte à l’ensemble des personnels soignants et médicaux.

Inscription et renseignements : GSF, Hélène Anselin au 02 40 41 29 92

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.