Violences sur mineurs : le CHU poursuit son engagement.

Vendredi 27 mars 2009, le CHU de Nîmes inaugurait le nouvel équipement d'enregistrement audiovisuel du Pôle d'Accueil Médico-Judiciaire offert par l'assocation "La voix de l'enfant".

Vendredi 27 mars 2009, le CHU de Nîmes inaugurait le nouvel équipement d’enregistrement audiovisuel du Pôle d’Accueil Médico-Judiciaire offert par l’assocation « La voix de l’enfant ».

Mis en place en Octobre 2005 dans le cadre d’un partenariat entre l’ensemble des acteurs intervenants dans la prise en charge des mineurs victimes de violence, le Pôle d’Accueil Médico-Judiciaire du CHU de Nîmes a pour vocation de soigner, assister et orienter tout mineur victime de viol, agression sexuelle, violences physiques, psychologiques et négligences graves.

Implantée au coeur de l’Hôpital Carémeau, cette structure concilie souffrance et rigueur de l’enquête et facilite l’examen clinique, la consultation pédo-psychiatrique et l’enregistrement audiovisuel des dépositions de l’enfant.

Le Pôle prend en charge chaque année près de 120 enfants originaires de l’ensemble du département du Gard, dont la moitié pour des violences sexuelles. Le nombre de recours au Centre Hospitalier Universitaire de Nîmes est en augmentation constante (65 % entre 2000 et 2006), le coût pour le CHU s’élevant à 155 000 euros annuels.

Cette démarche s’inscrit dans l’action publique de l’établissement de santé, le Pôle d’Accueil Médico-Judiciaire jouant un rôle important et ayant vocation à s’intégrer dans le dispositif départemental de Protection de l’Enfance.
L’article 706-52 du code de procédure pénale modifié par la loi du 5 mars 2007 rend désormais obligatoire l’enregistrement audiovisuel de l’audition d’un mineur victime d’une infraction de nature sexuelle ce qui a nécessité le renouvellement du matériel utilisé jusqu’alors, pour une meilleure qualité et utilisation facilitée.

Offert par l’association « La Voix De l’Enfant », le nouvel équipement, d’un coût de 15 000 euros, utilise des outils audiovisuels sophistiqués tout en étant simple d’utilisation et performant tant sur la qualité de l’image et du son que sur la fiabilité. Les locaux d’audition sont ainsi équipés d’une caméra sur tourelle pilotable depuis la régie, de quatre micros intégrés dans le plafond de la salle d’audition, d’un moniteur vidéo LCD pour la diffusion en temps réel à la régie et d’un système d’intercommunication par micro/casque depuis la régie et oreillette en salle d’audience. Le système permet l’enregistrement sur 3 graveurs DVD professionnels dont l’un d’eux sert de secours. le parquet quant à lui dispose d’une valise portable intégrant un lecteur DVD et un moniteur vidéo LCD pour diffuser les enregistrements.

« La Voix De l’Enfant », dont le porte-parole est Madame Carole BOUQUET, est une association fédérative créée le 20 juillet 1981 qui a pour objet « l’écoute et la défense de tout enfant en détresse quel qu’il soit où qu’il soit ».

L’inauguration de ce nouveau matériel fut l’occasion de la signature d’une convention de partenariat entre le CHU de Nîmes et l’association « La voix de l’enfant », ancrant un peu plus le Pôle d’Accueil Médico-Judiciaire dans une démarche en faveur des enfants victimes de violences.

Etaient présents auprès de Monsieur Jean-Olivier ARNAUD, Directeur Général du CHU de Nîmes,

Monsieur Robert GELLI, Procureur de la République près du TGI de Nîmes,
Monsieur Jacques FAYEN, Procureur Général près la Cour d’Appel de Nîmes,
Monsieur Jean-Pierre PIERANGELI, Président du TGI de NIMES,
Madame Martine BROUSSE, Directrice de l’association « La Voix De l’Enfant »,
Docteur Georges BANGEMANN, Pédiatre, Administrateur de l’association « La Voix De l’Enfant »,
Monsieur François POHER, Directeur de la Clientèle et Directeur Référent du Pôle Mère Enfant, CHU de Nîmes,
Professeur Pierre MARES, Président de la Commission Médicale d’Etablissement du CHU de Nîmes,
Professeur Daniel LESBROS, Chef de service Pédiatrie du CHU de Nîmes,
Docteur Guy MASSON, Responsable du pôle Femme – Enfant du CHU de Nîmes.

Et les représentants des signataires de la Convention constitutive du 5 octobre 2005 relative à la prise en charge médicale et judiciaire des mineurs victimes de violences :

Monsieur Jean-Michel POREZ, Directeur Départemental de la Sécurité Publique du Gard,
Monsieur Michel GAY, Directeur Départemental Adjoint de la Protection Judiciaire de la Jeunesse du Gard,
Le Capitaine LORY, Groupement de Gendarmerie du Gard,
Madame Céline VARRAUT, Caisse Primaire d’Assurance Maladie du Gard,
Maître Corinne THEVENOT –MONCEAUX, Ordre des Avocats du Barreau de Nîmes,
Monsieur Guilhem GODLEWSKI, Vice Président du Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins du Gard,
Monsieur Daniel MARTIN, Président de l’Association Gardoise d’Aide aux Victimes – AGAVIP.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.