Vitré : plus de consultations spécialisées grâce au partenariat avec le CHU de Rennes

Les 17 000 vitréens peuvent se réjouir. Malgré une démographie médicale en berne, leur centre hospitalier étoffe sa palette de soins avec des spécialités jusqu’alors absentes : l’urologie, l’oncologie digestive, la neurologie et l’endocrinologie- diabétologie. Dispensées par des praticiens du CHU, les nouvelles consultations allient proximité et expertise et garantissent un même niveau de qualité et de sécurité à cette population installée aux portes de la Bretagne, à 45 km de Rennes.

Les 17 000 vitréens peuvent se réjouir. Malgré une démographie médicale en berne, leur centre hospitalier étoffe sa palette de soins avec des spécialités jusqu’alors absentes : l’urologie, l’oncologie digestive, la neurologie et l’endocrinologie- diabétologie. Dispensées par des praticiens du CHU, les nouvelles consultations allient proximité et expertise et garantissent un même niveau de qualité et de sécurité à cette population installée aux portes de la Bretagne, à 45 km de Rennes.

Autre motif de satisfaction, les spécialistes viendront désormais à eux. En obstétrique, l’équipe du CH est renforcée par la présence, deux fois par semaine d’une gynécologue du CHU. En pédiatrie, les jeunes vitréens bénéficient du temps partagé de deux assistants – dont les postes sont financés par l’agence régionale de santé. Un pied à Vitré et l’autre à Rennes ces médecins dédient 40% de leur formation aux spécialités pointues en pédiatrie (dites sur-spécialités pédiatriques) en neuropédiatrie et pathologie du développement au CHU de Rennes et octroient les 60% restants au CH de Vitré
A l’instar de la périnatalité et de la pédiatrie, la création de fédérations médicales inter hospitalières en gastro-entérologie, en chirurgie viscérale et en cancérologie permettra aux deux établissements d’améliorer et de développer leurs activités tout en préservant leur identité.

Maintenir une offre de soins publique équilibrée et efficiente sur le territoire
Pour  équilibrer l’offre de soins spécialisée et proposer un parcours gradué selon les besoins de santé des populations et selon leurs missions –de proximité ou de recours, le CHU de Rennes et le CH de Vitré ont déployé depuis plusieurs années des coopérations pragmatiques. Ces accords viennent d’être confortés et officialisés par la signature d’une convention cadre qui va pérenniser la présence médicale au centre hospitalier de Vitré.

Enfin, le CHU s’engage à associer plus fortement le centre hospitalier de Vitré dans les actions de recherche ; un argument scientifique de poids qui devrait inciter les médecins à s’installer dans cette commune d’Ille et Vilaine et un atout pour les vitréens atteints d’un cancer car ils pourront accéder facilement aux essais cliniques.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.