Vive inquiétude à Lyon qui redoute une baisse de 31 M€ de ses dotations

Lors de sa séance du 25 mai, le Conseil de Surveillance des Hospices Civils de Lyon (HCL) a adopté à l'unanimité une motion, attirant l'attention de Marisol Touraine, Ministre de la santé, sur la situation préoccupante des Hospices Civils de Lyon qui subiraient en 2012 une baisse nette de 31M€ de ses dotations, selon les dernières notifications de l'Agence Régionale de Santé (ARS).

Lors de sa séance du 25 mai, le Conseil de Surveillance des Hospices Civils de Lyon (HCL) a adopté à l’unanimité une motion, attirant l’attention de Marisol Touraine, Ministre de la santé, sur la situation préoccupante des Hospices Civils de Lyon qui subiraient en 2012 une baisse nette de 31M€ de ses dotations, selon les dernières notifications de l’Agence Régionale de Santé (ARS).
Ces notifications émises sans concertation préalable avec les HCL et dans un contexte socialement tendu a provoqué le découragement, la lassitude et l’incompréhension de la communauté hospitalière. Conscients de l’attachement de Marisol Touraine aux valeurs du service public hospitalier et compte-tenu du redressement financier du CHU, Gérard Collomb, Sénateur-Maire de Lyon, Président du Grand Lyon, Olivier Claris, Président de la commission médicale des HCL et Daniel Moinard, Directeur général des HCL, en appellent au soutien et à l’arbitrage de la Ministre de la Santé.
Les signataires insistent sur les bons résultats financiers obtenus par les HCL au prix d’efforts accomplis par tous les professionnels ; Grâce à leur implication, les HCL ont redressé leurs  comptes et même dépassés les engagements pris dans le cadre du projet d’établissement « Cap 2013 ». Ainsi, en trois ans le déficit du budget principal a diminué de près de 70%, passant de 94 millions en 2008 à 29 millions en 2011. Et pour la première fois depuis 2006, le budget consolidé de 2011 est même clôturé en excédent (+ 9.6 M€).
Si les orientations fixées par l’agence régionale de santé devaient être mises en œuvre, elles auraient aussi pour conséquence de geler la politique d’investissement du CHU et tout particulièrement le projet de modernisation de l’hôpital Edouard Herriot, malgré le soutien unanime de la communauté hospitalière et l’appui financier des collectivités territoriales : Ville de Lyon, Grand Lyon et Département. Or, la modernisation de cet hôpital est une nécessité absolue, tant pour les professionnels qui ne disposent plus aujourd’hui d’un cadre de travail adapté aux exigences de la médecine moderne que pour les malades.

Prendre connaissance du courrier du conseil de surveillance des HCL

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.