Volontaires du Service civique : 40 jeunes « AMIH » aux côtés des patients du CHU de Toulouse

Ils ont entre 18 et 25 ans et se sont volontairement engagés à travailler au CHU de Toulouse pour 6 à 12 mois. Pour beaucoup il s’agit d’une première expérience professionnelle qui leur mettra le pied à l’étrier. Au sein de ce service public prestigieux, leur mission d’intérêt général consiste à renseigner et accompagner les patients et leurs proches à partir d’un point de rencontre situé au sein des différents sites hospitaliers. Ils participent aussi à la promotion du CHU digital
Ils ont entre 18 et 25 ans et se sont volontairement engagés à travailler au CHU de Toulouse pour 6 à 12 mois. Pour beaucoup il s’agit d’une première expérience professionnelle qui leur mettra le pied à l’étrier. Au sein de ce service public prestigieux, leur mission d’intérêt général consiste à renseigner et accompagner les patients et leurs proches à partir d’un point de rencontre  situé au sein des différents sites hospitaliers.  Ils participent aussi à la promotion du CHU digital en présentant ses nouveaux services interactifs : Clic & Consult’ », nouveau portail numérique « My CHU », application pour téléphone portable, demandes de rendez-vous en ligne…  Intervenant en binômes, les jeunes sont également mandatés pour inciter le public à répondre à des enquêtes de satisfaction ciblées : questionnaires de recueil de besoins, sondages et enquêtes flash…

En accueillant ces 40 volontaires, le CHU de Toulouse témoigne sa solidarité
en faveur d’une grande cause, l’insertion professionnelle des jeunes. Il place ce dispositif au service des patients et de sa politique d’hospitalité déployée sous la bannière d’AMIH. Ce sigle caractérise les actions d’« Accompagnement, Médiation, Information menées à l’Hôpital ». Pour les accueillir, le CHU de Toulouse a obtenu un agrément auprès de la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale le 19 mai 2015.
Le CHU propose au jeune volontaire un accompagnement personnalisé de son projet 
La structuration des missions, l’appel à volontariat auprès des services, l’encadrement administratif des jeunes sont assurés par la Direction des relations avec les usagers au sein du département attractivité- rayonnement du CHU de Toulouse. Ces 40 jeunes volontaires sont suivis tout au long de leur service par un tuteur et bénéficient d’un plan de formation adapté. Une indemnité leur est versée par l’État et une compensation complémentaire en nature sous forme d’accès aux restaurants professionnels de l’hôpital leur est donnée par le CHU.

Leur formation comprend deux modules obligatoires
(gestes d’urgence ; formation civique et citoyenne) et des formations complémentaires à l’initiative du CHU :
• sécurité incendie et sécurité électrique ;
• hygiène ;
• présentation des métiers d’emplois publics.
Dans ce cadre, le CHU de Toulouse a organisé une session de présentation des métiers de la santé et de la sphère publique (éducation nationale, pompiers, armée de terre) aux volontaires du service civique qui sont, pour certains, proches de la fin de leur mission.

Pour répondre aux exigences du dispositif, un partenariat avec l’association Unis-Cité apporte un suivi aux jeunes volontaires. Leur réflexion sur leur projet d’avenir est soutenue afin de préparer au mieux leur insertion sociale et professionnelle.
En savoir plus sur le Service civique volontaire 
Engagement volontaire d’une durée de 6 à 12 mois réglementé par la loi n°2010- 241 du 10 mars 2010, le service civique vise à « renforcer la cohésion nationale et la mixité sociale en offrant à toute personne volontaire l’opportunité de servir les valeurs de la République et de s’engager en faveur d’un projet collectif, en effectuant une mission d’intérêt général auprès d’une personne morale agréée ». 
Au-delà de ses formes d’engagement et de volontariat, le service civique mobilise la jeunesse et lui propose un nouveau cadre dans lequel les volontaires peuvent mûrir. Ils gagnent en confiance, et peuvent saisir cette opportunité pour réfléchir à leur propre avenir, tant citoyen que professionnel. Le dispositif au CHU de Toulouse compte aujourd’hui une quarantaine de jeunes missionnés sur les différents établissements et exerçant en binôme.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.