Vote du 3ème projet d’établissement

Le 3ème projet d'établissement des Hospices Civils de Lyon 2005-2010 a été voté par le conseil d'administration des HCL, lundi 26 septembre 2005

Le 3ème projet d’établissement des Hospices Civils de Lyon 2005-2010
a été voté par le conseil d’administration des HCL, lundi 26 septembre 2005

Le contexte
Ce 3ème projet d’établissement s’inscrit dans une phase où les chantiers de modernisation sont déjà bien engagés.
Trois hôpitaux vont sortir de terre : l’hôpital Femme Mère Enfant (2007) à l’Est, le pavillon médical au Sud (2008) et le bâtiment clinique au Nord (2009). Par ailleurs, l’hôpital Edouard Herriot sera modernisé (2008-20013).

Ce 3ème projet s’appuie sur le rayonnement régional et extra régional des HCL
2ème CHU de France, les HCL occupent une place essentielle dans le tissu hospitalier local et régional. Ils offrent 50% des lits du Grand Lyon et assurent 2/3 de l’activité des CHU en Rhône-Alpes. A titre d’illustration, ils assurent 50% des activités d’obstétrique sur le département, 17% de l’activité de cancérologie en Rhône-Apes.

Le projet d’établissement est le fruit d’une réflexion collective d’envergure menée depuis novembre 2003 par de nombreux acteurs : la Direction Générale, la Commission Médicale d’Etablissement emmenée par son Président, la Commission du Projet Médical, le Département de Conseil en Stratégie, les différents collèges, mais aussi l’ensemble du personnel d’encadrement et de direction.
Le document a été présenté aux différentes instances dont le Comité Technique Central d’Etablissement et la Commission Médicale d’Etablissement laquelle a approuvé le texte à l’unanimité.

Les 3 Axes stratégiques du projet médical
Le projet d’établissement formalise la consolidation des 3 missions de notre CHU : recours / proximité / recherche et innovation.

Renforcer le rôle de recours et de référence
Le CHU doit maintenir et développer son activité de recours (accès à l’hôpital en 2ème intention) et de référence essentiellement conférée par la qualité de ses équipes médicales et de ses plateaux techniques et d’imagerie de haute technologie qu’il convient de conforter. Ce rôle de recours et de référence est plus particulièrement marqué pour les pathologies suivantes : le cancer, la transplantation, les maladies rares, l’obstétrique et la pédiatrie, l’onco gériatrie.
Il doit également développer les missions spécifiques « sécurité » ou santé publique : risques nucléaires, radioactifs, biologiques, chimiques, soins aux détenus?.

Poursuivre sa mission de proximité au service de la population
L’accent est mis sur les secteurs correspondants à des besoins forts et récurrents de la population : les urgences, le cancer, la gériatrie, les maladies chroniques…
Cela implique une amélioration de la gestion des flux et une intégration de compétences permettant de rendre plus fluide le parcours du patient (unité mobile de gériatrie, avis spécialisés, présence de médecins « délégués » par les grandes spécialités).
Autres objectifs à poursuivre: le développement de l’activité ambulatoire et la création de plateaux techniques optimisés (regroupement des blocs opératoires, plateau technique lourd en endoscopie digestive et pulmonaire, fonction imagerie modernisée, pour ne citer que ceux-ci).
A titre indicatif, le CHU lyonnais est le premier opérateur d’urgences. Il oriente 10 000 patients dans les établissements de soins de suite de la région. Il est aussi le plus important opérateur en gériatrie du département.

Une dynamique dans la recherche et les innovations
La recherche et l’innovation sont une autre mission prioritaire du CHU : elles structurent les activités de référence et de recours. Dans un CHU en effet, la recherche clinique garde toute sa raison d’être et elle se fait en partenariat avec l’Université ou le secteur privé pharmaceutique et biomédical.
Trois domaines prioritaires ont été fixés : cancérologie et hémato-oncologie, nutrition et métabolisme et enfin, neurosciences et handicap.

Enfin, pour assurer ces trois missions, les HCL souhaitent un renforcement très net des coopérations avec l’environnement sanitaire de l’établissement.

Le projet de gestion pour mobiliser les ressources
La bonne réalisation du projet médical s’appuie sur un projet de gestion orienté vers des objectifs de qualité, de sécurité et d’optimisation des ressources.

Le projet de gestion accompagne plusieurs défis :
– la réforme financière (T2A) et l’introduction d’outils de gestion qui permettront de responsabiliser les acteurs,
– la gouvernance et la création de pôles d’activités qui décloisonneront et rapprocheront les équipes médicales, paramédicales et de direction, tout en améliorant la gestion.
– la volonté de réaliser des économies sur la logistique (restauration, transports, maintenance?) et sur l’achat public,
– la montée en puissance des systèmes d’information (dossier patient notamment),
– un projet social permettant de renforcer la cohésion de la communauté hospitalière et d’assurer la compétence des professionnels.

Ambitieux et volontariste, tel est l’esprit de ce troisième projet pour que les HCL conservent la place essentielle qu’ils occupent au plan national et dans le tissu local.

Adopté projet par le Conseil d’Administration, le projet est actuellement soumis à l’Agence Régionale de l’Hospitalisation pour approbation. L’ARH a 3 mois pour se prononcer.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.