« Votre enfant est fragile, bercez le…ne le secouez pas ! »

Secouer un enfant est un geste d'exaspération chez les parents. Ce geste n'est pas suffisamment assimilé à un acte de maltraitance pourtant ses conséquences neurologiques sont dramatiques et la plupart du temps, irréversibles chez les très jeunes enfants : 75% des enfants victimes de ce geste en France sont lourdement handicapés et 10 à 20% décèdent. En Gironde, une dizaine d'enfants ont été concernés par ce geste durant l'année 2003. Soucieux d'apporter une information de prévention aux jeunes parents, le CHU de Bordeaux, en collaboration avec le Conseil Général de la Gironde et avec l'aide d'un groupe de travail pluridisciplinaire sur les maltraitances a conçu et élaboré une plaquette d'information intitulée "Votre enfant est fragile, bercez le...ne le secouez pas !"

Secouer un enfant est un geste d’exaspération chez les parents. Ce geste n’est pas suffisamment assimilé à un acte de maltraitance pourtant ses conséquences neurologiques sont dramatiques et la plupart du temps, irréversibles chez les très jeunes enfants : 75% des enfants victimes de ce geste en France sont lourdement handicapés et 10 à 20% décèdent. En Gironde, une dizaine d’enfants ont été concernés par ce geste durant l’année 2003.
Soucieux d’apporter une information de prévention aux jeunes parents, le CHU de Bordeaux, en collaboration avec le Conseil Général de la Gironde et avec l’aide d’un groupe de travail pluridisciplinaire sur les maltraitances a conçu et élaboré une plaquette d’information intitulée « Votre enfant est fragile, bercez le…ne le secouez pas ! »

Cette brochure, tirée en 12 500 exemplaires, prodigue des conseils afin d’éviter l’irréparable. Il est rappelé que le cerveau d’un bébé est fragile qu’il bouge dans le crâne pour permettre son développement. De plus, sa tête est lourde et les muscles de son cou sont faibles.
Les auteurs expliquent également qu’un bébé pleure deux à trois fois par jour car il est fatigué ou il a faim, sa couche est sale, il est mal installé, il a trop chaud ou froid, il a mal au ventre ou aux dents ou bien il désire simplement un câlin.
Les professionnels proposent 12 recommandations pratiques et simples pour calmer le bébé en douceur et pour que les jeux ne se terminent pas en drame :
« Parlez-lui, bercez-le dans vos bras en lui massant le ventre, proposez lui à boire, promenez le (poussette, voiture), chantez-lui des chansons, faites lui écouter de la musique douce.
S’il continue à pleurer : couchez le dans son lit sur le dos, sans couverture ni oreiller. Il peut s’apaiser au calme et vous aussi, par la même occasion !! Car si vous êtes énervé votre bébé le ressent et s’énerve de plus belle !!
Mieux vaut le laisser pleurer que le secouer.

Si malgré tout, vous êtes inquiet, énervé ou épuisé, faites appel (téléphonez ou déplacez-vous) : à votre famille, à un ou une ami(e), à votre médecin ou pédiatre, aux sages-femmes de votre maternité, au centre de PMI le plus proche. N’hésitez pas à demander de l’aide.
Lors de jeux : n’envoyez jamais votre bébé en l’air, ne le faites jamais tourner violemment, ne le secouez pas brutalement, soutenez sa tête. »

Si votre bébé présentait un malaise, ne le secouez pas violemment, mettez-le sur le côté et frottez lui énergiquement le dos, appelez le SAMU (15) ou les pompiers (18).

Enfin il est rappelé qu’en cas de problème il faut contacter :
Le pédiatre ou médecin traitant
Le centre médico-social dont vous dépendez,
Les urgences pédiatriques du CHU de Bordeaux, Dr Pillet ou Dr Pedespan : 05.56.79.59.72

Le groupe de travail a réuni une équipe de pédiatres du CHU de Bordeaux et des services de protection maternelle et infantile du conseil général de la Gironde.

Cette plaquette a été inspirée par un document édité en Belgique.
Les concepteurs remercient les éditions Karthala pour l’illustration de couverture.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.