Voyage au centre de ma chambre… d’hôpital

Que montrer de ma chambre d'hôpital ? Que dire de moi dans cette chambre ? 10 polaroïds pris par dix patients volontaires du CHRU de Nancy répondent à ces questions. Toutes générations confondues, ces personnes, hospitalisées en longue maladie ont accepté de passer deux heures avec la photographe plasticienne Alice Meyer pour vivre une expérience unique de complicité. L'exposition de leur portrait se tiendra du 9 au 18 décembre 2014 dans le cadre de Culture à l’Hôpital.

Que montrer de ma chambre d’hôpital ? Que dire de moi dans cette chambre ? 10 polaroïds pris par dix patients volontaires du CHRU de Nancy répondent à ces questions. Toutes générations confondues, ces personnes, toutes hospitalisées en longue maladie ont accepté de passer deux heures avec la photographe plasticienne Alice Meyer pour vivre une expérience unique de complicité. L’exposition de leur portrait se tiendra du 9 au 18 décembre 2014 dans le cadre de Culture à l’Hôpital.
En règle générale les photos amateurs saisissent les moments heureux, les amis, les paysages. L’hospitalisation ne semble pas rentrer dans ce cadre-là… Qui veut s’en souvenir ? Mais, qui a le choix de ne pas s’en souvenir ? Soutenue par l’ARS et la DRAC de Lorraine, la résidence d’artiste donne à voir pour la première fois, « de l’intérieur », le temps de l’hospitalisation par ceux qui la vivent. La trace du “j’ai été là”, le témoignage parfois poétique de ce moment singulier de leur vie.
La plupart du temps confinés dans leur chambre, les patients contraints dans leurs déplacements et leur concentration ont pris chacun dix polaroïds. Ils ont pu en refaire certain mais le principe d’une sélection est resté. L’atelier s’est déroulé en une seule fois. Leurs 10 polaroïds ont été
scannés pour l’exposition. En retour, à la fin de leur atelier, Alice Meyer a réalisé leur portrait.
"Voyage au centre de ma chambre” a été une bulle créative opportune  plus ou moins compulsive ou réfléchie explique l’artiste les enfants appuyant sur le bouton face à tout ce qu’il y avait devant eux, les adultes et les personnes âgées se posant la question d’une narration. Mais ce qu’ils ont eu en commun, c’est la timidité derrière l’appareil. Les images témoignent de cette expérience qui révèle du jeu, du questionnement, du ressenti."
Chaque visiteur de « Voyage au centre de ma chambre » écrira sa propre histoire en écho à ses propres émotions : crainte, étonnement ou attendrissement car tous ont eu, ont ou auront partie liée avec l’hôpital à un moment de leur vie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.