www.medecinsdunord.com, remède à la sous-médicalisation ?

Des besoins urgents de spécialistes : anesthésistes réanimateurs, psychiatres, radiologues, 300 postes vacants dans les hôpitaux du Nord Pas-de-Calais, 500 médecins hospitaliers qui partiront à la retraite dans les 10 années à venir... Pour enrayer la sous-médicalisation régionale, le CHU de Lille, suivi par trente Etablissements de Santé, s'est mobilisé avec la Fédération Hospitalière de France, l'Agence Régionale de l'Hospitalisation, la Faculté de Médecine de Lille et le GIP Santexcel, et d'autres acteurs de santé de la région, pour créer un site internet : www.medecinsdunord.com.

Des besoins urgents de spécialistes : anesthésistes réanimateurs, psychiatres, radiologues, 300 postes vacants dans les hôpitaux du Nord Pas-de-Calais, 500 médecins hospitaliers qui partiront à la retraite dans les 10 années à venir… Pour enrayer la sous-médicalisation régionale, le CHU de Lille, suivi par trente Etablissements de Santé, s’est mobilisé avec la Fédération Hospitalière de France, l’Agence Régionale de l’Hospitalisation, la Faculté de Médecine de Lille et le GIP Santexcel, et d’autres acteurs de santé de la région, pour créer un site internet : www.medecinsdunord.com.

Progressivement mis en ligne à partir de 2002, cette initiative est financée par les hôpitaux et cliniques de la région, au prorata de leurs besoins et de leurs moyens. Un partenariat particulièrement représentatif d’une tradition de coopération régionale unique et exemplaire.

Devant le succès rencontré – plus d’une vingtaine de médecins recrutés- les partenaires du projet ont décidé de renforcer le site www.medecinsdunord.com. Une nouvelle version proposant de nouveaux services vient d’être mise en ligne : alertes messagerie permettant de recevoir directement sur sa boite mail les nouveaux postes proposés dans la région, rubriques d’informations… S’ajoute à cela une version en anglais permettant d’élargir le champ du recrutement sur l’Europe et l’Euro-région.

Rendre attractif le Nord-Pas-de-Calais
Une enquête réalisée en 1998, souligne le manque d’attractivité de notre région auprès des jeunes médecins :
– méconnaissance des aspects positifs du contexte environnemental de la région
– sentiment de reconnaissance statutaire et financière insuffisante
– souhait de retour dans leur région d’origine d’internes que la qualité de la formation initiale médicale avait pourtant su attirer dans le Nord-Pas-de-Calais
– environnement professionnel vécu comme pénible en raison notamment de la sous-médicalisation de la région et de la faiblesse relative de l’offre de soins.

Il fallait donc rendre attractive la région et l’environnement professionnel auprès des jeunes médecins. Parmi les mesures concrètes prises pour changer cette représentation, on peut citer :
– des actions de communications auprès des étudiants en médecine
– le lancement d’une réflexion avec l’ARH et les représentants des internes sur les dispositifs à mettre en oeuvre afin de faciliter l’installation des médecins en région
– des actions de communication nationale à destination des médecins via les organisations professionnelles médicales (CME, conseils de l’ordre, syndicat…)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.