Yann Bubien élu à la tête du groupement des Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest

Elu 1er administrateur le 20 mars 2013, Yann Bubien, Directeur général du CHU d'Angers, veillera durant quatre ans à la destinée d’HUGO, le groupement de coopération sanitaire (GCS) qui réunit 8 établissements sous une même bannière : 6 CHU Angers, Brest, Nantes, Poitiers, Rennes et Tours, le CHR d’Orléans et l'Institut de Cancérologie de l'Ouest

Elu 1er administrateur le 20 mars 2013, Yann Bubien, Directeur général du CHU d’Angers, veillera durant quatre ans à la destinée d’HUGO, le groupement de coopération sanitaire (GCS) qui réunit 8 établissements sous une même bannière  :  6 CHU  Angers, Brest, Nantes, Poitiers, Rennes et Tours, le CHR d’Orléans et l’Institut de Cancérologie de l’Ouest.  Avec comme feuille de route une plus grande reconnaissance et lisibilité des synergies déployées au plus haut niveau et l’ambition de devenir le partenaire privilégié des Agences régionales de santé (ARS), Hugo s’attachera aussi à valoriser la recherche. Dans cette perspective, il prévoit à cet effet de déployer des programmes notamment  avec AVIESAN et en relation étroite avec les universités et les collectivités territoriales.
Constitution de 3 comités
Un groupe enseignement planchera sur l’harmonisation des formations complémentaires dispensées dans les 6 Unités de Formation et de Recherche.
Un groupe recherche développera les complémentarités entre équipes et laboratoires notamment dans le cadre du Groupement Interrégional de  Recherche Clinique et d’Innovation (GIRCI) du grand Ouest.
Le troisième groupe s’intéressera aux plateaux techniques et à l’identification des pôles d’excellence de chacun des 8 établissements, contribuant ainsi à l’élaboration du schéma interrégional d’organisation des soins, en appui des ARS.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.