Yann Bubien nommé directeur adjoint au cabinet d’Agnès Buzyn

Plusieurs dépêches avaient déjà traité le scoop et les réseaux sociaux s'en étaient fait l'écho, aujourd’hui l’annonce est officiellement faite par le CHU d’Angers « son directeur général, Yann Bubien est nommé directeur adjoint au sein du cabinet de la nouvelle Ministre des solidarités et de la santé Agnès Buzyn où il aura en charge la santé ».

Plusieurs dépêches avaient déjà traité le scoop et les réseaux sociaux s’en étaient fait l’écho, aujourd’hui l’annonce est officiellement faite par le CHU d’Angers «  son directeur général, Yann Bubien est nommé directeur adjoint au sein du cabinet de la nouvelle Ministre des solidarités et de la santé Agnès Buzyn où il aura en charge la santé ».
Il quitte donc officiellement l’établissement angevin dont il avait pris la Direction en octobre 2011. « Dans l’attente de la nomination du prochain Directeur général, l’intérim est assuré par Sébastien Tréguenard, Directeur général adjoint de l’établissement » précise le CHU.
Durant ses 6 années de gouvernance, Yann Bubien aura imprimé un rythme accéléré à l’institution marquant de son sceau des programmes immobiliers ambitieux tels que la reconstruction intégrale de l’Hôtel-Dieu Nord, un nouvel espace de réanimation chirurgicale, un secteur de radiologie interventionnelle de dernière génération, la construction d’une hélistation dans l’enceinte du CHU, le démarrage de la restructuration du bâtiment Robert-Debré et, enfin, le lancement du projet U+ avec la refonte complète du secteur des urgences adultes et des soins critiques : un programme de 120 M€. Ces investissements ont pu être lancés grâce à la bonne santé financière de l’établissement qui a terminé l’exercice financier 2016 en excédent. 
A mettre aussi à l’actif de Yann Bubien l’élaboration d’une stratégie HU interrégionale novatrice fondée sur la coopération entre les 7 CHU-CHR du Grand Ouest et conduite avec succès car ouvrant sur des échanges entre étudiants et médecins, une gestion prospective des emplois, des réseaux de compétences et de soutien à la recherche des médecins et des paramédicaux. Concernant la formation, HUGO a créé le Groupement Inter-Régional pour une Pédagogie Innovante (GIRPI) et attractive qui promeut la mutualisation d’outils, les diplômes partagés et l’appellation "anciens internes des hôpitaux universitaires du Grand Ouest". 
HUGO a publié un rapport largement repris qui démontrait qu’1€ dépensé directement par les CHU, entraîne le reversement de 2 euros dans l’économie régionale, soit pour les 6  CHU-CHR du Grand Ouest un soutien à l’économie à hauteur de 7,6 milliards d’€. Toujours en 2016, HUGO a édité l’Atlas de l’excellence en santé du Grand Ouest qui valorise les pôles d’excellence en santé de l’interrégion dans les domaines des soins, de l’enseignement, de la recherche et de l’innovation.
Enfin HUGO s’est ouvert aux deux principaux centres hospitaliers de l’interrégion, le CH du Mans (en 2016) et le CH départemental de Vendée (en 2017), qui font partie des 10 centres hospitaliers français ayant l’activité de recherche et d’innovation la plus dynamique.
Engagé aux côtés des professionnels de santé, Yann Bubien a toujours soutenu la recherche en soins et a contribué au développement de la prévention et de la simulation pour la formation des équipes et des directeurs, domaines pour lesquels le CHU d’Angers fait figure de pionnier.   
Reconnaissant dans le CHU un acteur socio-économique de premier plan tant au niveau local que régional, Yann Bubien a initié une politique de mécénat fondée sur un maillage étroit avec les entreprises et les milieux culturels. 
Enfin, persuadé que l’avenir de l’hôpital public, terrain de soins d’excellence, se joue dans le périmètre de l’innovation et du faire-savoir, il a affirmé l’importance d’un CHU hyper connecté, montrant la voie sur les réseaux sociaux où il associait followers et fans aux temps forts de son établissement. Les communicants lui doivent une vision digitalisée et collaborative de leur profession. La dernière illustration est la campagne d’attractivité des jeunes médecins intitulée #SUPERCHU (à découvrir après-demain). Une campagne à l’image d’un CHU que Yann Bubien voulait en interaction directe avec les professionnels et les usagers. 
Saluant son ancien Directeur général, la communauté angevine revient sur son bilan très positif et précise qu’elle ne doute pas « qu’il saura porter, à l’échelle nationale, la voix des hospitaliers ». cf un communiqué en date du 6 juin 
*par arrêté en date du 22 mai Publié au Journal officiel du 4 juin 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.