Greffe

Retrouvez ici tous nos articles sur les greffes.

Greffe : opération chirurgicale qui consiste à remplacer un organe malade par un organe sain, appelé « greffon » ou « transplant » en provenance d’un donneur vivant ou décédé.

Derniers articles

Health Data Hub : deux CHU parmi les lauréats du premier appel à projets

Sélectionnés par un jury composé d’experts de la santé, de la recherche et de l’intelligence artificielle, dix projets vont bénéficier de l’accompagnement spécifique du Health data Hub en termes de compétences, d’appui technologique et de conseils technico-réglementaires. Deux de ces projets associent des CHU, l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris et le CHU de Limoges.

Dons d’organes, l’Agence de la biomédecine tire la sonnette d’alarme

Don du vivant ou post-mortem, toutes les sources de dons sont importantes quand il s’agit de sauver des vies ! Ce message va être rappelé tout au long des deux prochaines campagnes d’automne lancées par l’Agence de la biomédecine confrontée pour la première fois de son histoire à une activité atone voire en recul. En effet, le nombre annuel de donneurs décédés prélevés accuse une baisse sur les premiers mois, puisqu’il s’établit à seulement 1.882 donneurs en août 2018, contre 1.930 attendus.

Médecine personnalisée « le bon médicament à la bonne dose pour le bon patient » Pr Bruno Lacarelle

En pointe sur les traitements personnalisés, Marseille explique l’intérêt pour le patient d’une médecine qui conjugue avancées pharmaco-génomiques et intelligence artificielle. Premiers bénéficiaires de ces biothérapies sur mesure, les personnes soignées pour un cancer, une infection au VIH et ou greffées. Décryptage par le Pr Bruno Lacarelle…

« La mobilisation générale autour de l’importance du don est à partager »

L’Agence de la biomédecine a la responsabilité d’organiser le prélèvement et les greffes de moelle osseuse, également appelées greffes de cellules souches hématopoïétiques. L’Agence gère également le registre national des donneurs de moelle osseuse. Le Dr Evelyne Marry, directrice du prélèvement et des greffes de cellules souches hématopoïétiques à l’Agence de la biomédecine, détaille les enjeux de la greffe et appelle à renforcer la collaboration avec les hôpitaux.

Le CHUGA expert dans la greffe de rein «non compatible»

Pionnière en Auvergne Rhône Alpes, l’équipe de transplantation rénale du CHU Grenoble Alpes a mis en place depuis juin 2015 la technique très innovante de la « désimmunisation ». Celle-ci permet une greffe de rein à des personnes initialement non-compatibles immunologiquement ou ayant des groupes sanguins incompatibles. Une trentaine de greffes rénales incompatibles ont ainsi été réalisées. Et les donneurs et les receveurs se portent bien.

30 ans de greffe pulmonaire à l’AP-HP !

Le 02 mars 1988, les équipes de pneumologie du Pr René Pariente, de chirurgie du Pr Bernard Andreassian et d’anesthésie réanimation du Pr Pierre Jolis de l’hôpital Beaujon, AP-HP réalisaient une première mondiale : la transplantation d’un seul poumon chez un patient atteint d’emphysème. L’activité de transplantation, réalisée à l’hôpital Bichat-Claude-Bernard à partir de 2006, n’a cessé depuis de se développer. L’AP-HP célèbre ces 30 années de greffe pulmonaire et plus de 660 transplantations.

Don d’organes : Clermont-Ferrand crée un espace pour les familles de donneurs

Endeuillées par la perte d’un parent, les familles des patients en état de mort cérébrale sont toutes rencontrées par l’équipe médicale en charge du patient et par l’équipe de Coordination Hospitalière des prélèvements d’organes et de tissus ; selon les nouvelles dispositions de la loi, les soignants doivent interroger les proches pour s’assurer que de son vivant la personne n’était pas opposée au prélèvement*. Si le défunt n’avait pas exprimé d’opposition de son vivant, un don d’organes et de tissus est envisagé et organisé au bloc où se dérouleront les prélèvements. Le temps d’organisation et d’intervention peut être long. Jusqu’à présent rien n’était prévu pour les accueillir durant ces heures souvent pénibles alors qu’elles venaient de prendre part à un acte d’une grande générosité. Aussi, pour que cette douloureuse attente se déroule dans les meilleures conditions, la direction du site Gabriel-Montpied du CHU de Clermont-Ferrand vient d’aménager une salle destinée à recevoir les proches. Une trentaine de familles sont concernées chaque année.

Retransplantation de visage sur un patient en situation de rejet chronique : 1ère mondiale à Paris

8 ans après sa première greffe de visage, un patient qui présentait un rejet chronique, a reçu une nouvelle greffe vascularisée de la face, les 15 et 16 janvier 2018 à l’Hôpital Européen Georges Pompidou, AP-HP. Cette première mondiale a été réalisée par une équipe médicale et paramédicale dirigée par le Pr Laurent Lantieri, avec le service de réanimation-anesthésie du Pr Bernard Cholley. Ce mois-ci, le patient, toujours hospitalisé, a pu bénéficier d’une première sortie, et sa sortie définitive est prévue à court terme. Cette prouesse – la 125ème première mondiale des CHU – démontre que dans le domaine des greffes vascularisées composites (face et main), une retransplantation est possible en cas de rejet chronique.

Nancy : nouvelle terre de cultures cellulaires pour la thérapie

L’ingénierie cellulaire regroupe les techniques de production de populations cellulaires, sélectionnées pour leurs propriétés thérapeutiques, en vue de les utiliser via des greffes, dans la lutte contre les pathologies cancéreuses entre autres. A Nancy, l’équipe, «Ingénierie cellulaire-Immunothérapie cellulaire et approches translationnelles» est installée dans l’unité de recherche universitaire IMoPA*. Elle est co-dirigée par Danièle Bensoussan, responsable de l’Unité de Thérapie Cellulaire banque de Tissu et banque de sang placentaire (UTCT) et par Marie-Thérèse Rubio, chef de l’unité greffe du service d’Hématologie du CHRU et présidente du Conseil scientifique de la Société Francophone de Greffe de Moelle et de Thérapie Cellulaire (SFGM-TC). Rencontre avec ces pionnières «thérapicultrices».