Urgences • Plans blancs

Retrouvez ici tous nos articles sur les urgences et les plans blancs.

Urgences : service hospitalier chargé d’accueillir et de prendre en charge les malades et les blessés qui se présentent d’eux-mêmes ou sont amenés par les services de secours.
Le Plan blanc est un plan d’urgence sanitaire qui peut être mis en place dans les établissements de santé. Il comprend des mesures d’organisations destinées à faire face à une situation sanitaire exceptionnelle ou une activité accrue d’un hôpital.

Derniers articles

Des urgences plus fluides même avec la bobologie !

Dès l’apparition des premiers symptômes le réflexe n’est plus d’appeler le médecin généraliste mais de se rendre aux urgences désormais perçues comme LA solution à tous les maux. L’extrême angoisse et l’impatience suscitée par la douleur ou la blessure créent une exigence nouvelle chez les consommateurs de soins : le zéro délai. Le recours systématique aux urgences s’explique aussi par l’absence, le manque de disponibilité du médecin traitant.. Résultat : au moins 30% des arrivées ne relèvent pas du Service Accueil Urgences (SAU) et l’attente risque d’être longue, très longue. Comment enrayer cet engorgement ?
Le CHU de Montpellier a restructuré l’ensemble du parcours d’urgence en trois filières afin de mieux orienter les patients et de les traiter le plus vite et le mieux possible. Originalité de la méthode : les petites pathologies courantes qui sont le lot du médecin généraliste sont prises en charge aux urgences en 2h00 maximum. Gros plan sur le processus de réorganisation …

Les urgences au coeur des soins, cet été… comme le reste de l’année

Avec près d’1 million de personnes accueillies en urgences chaque année, l’AP-HP se présente comme un opérateur majeur en mesure d’assurer l’urgence quotidienne comme les crises sanitaires. En juin dernier, l’institution faisait le point sur le dispositif estival, précisant que les taux d’ouverture prévisionnel des urgences adultes de 85% en juillet et de 72% en août tiennent compte de la diminution de leur fréquentation moyenne par rapport au reste de l’année : moins 6 % de passages et moins 13 % d’hospitalisations tout en se laissant une marge de manoeuvre en laissant ouverts 2% de lits supplémentaires par rapport à l’été 2005 (plus 340 lits en juillet et 160 lits en août). Autre point mis en avant, les aménagements réalisés suite à la canicule de l’été 2003 : isolation et protection solaire des bâtiments, création d’une salle rafraîchie dans chaque service d’urgences et dans chaque unité de soins de long séjour, achat de près de 8 000 ventilateurs… Au-delà de ces améliorations, l’AP-HP revoit en profondeur l’organisation des services d’urgences afin de mieux répondre aux attentes des patients et d’adapter leur fonctionnement aux variations de flux.