180 000 enfants en retard d’apprentissage aidés par le nouveau réseau

120 000 à 180 000 enfants de la région Nord-pas de calais sont concernés par les troubles du neurodéveloppement soit 12 à 17% des enfants scolarisés. Constatant l'absence de coordination régionale dans la démarche diagnostique, d'accompagnement et de soins entre les diverses structures et les professionnels de santé, le Réseau Troubles du neurodéveloppement de la région Nord Pas de Calais a été institué. Sa vocation : assurer à chaque enfant la prise en charge la plus appropriée à son état de santé, à proximité de son domicile et dans un cadre structuré. Signée le 28 juin 2006, la convention constitutive permet une intervention plus rapide et personnalisée par des professionnels formés.

120 000 à 180 000 enfants de la région Nord-pas de calais sont concernés par les troubles du neurodéveloppement soit 12 à 17% des enfants scolarisés. Constatant l’absence de coordination régionale dans la démarche diagnostique, d’accompagnement et de soins entre les diverses structures et les professionnels de santé, le Réseau Troubles du neurodéveloppement de la région Nord Pas de Calais a été institué. Sa vocation : assurer à chaque enfant la prise en charge la plus appropriée à son état de santé, à proximité de son domicile et dans un cadre structuré. Signée le 28 juin 2006, la convention constitutive permet une intervention plus rapide et personnalisée par des professionnels formés.

Les membres du réseau
La prise en charge des enfants présentant des troubles du neurodéveloppement étant multidisciplinaire, le réseau rassemble des neuropédiatres, des médecins scolaires, des Centres Médico-psychlogiques, des Centres Médico-psycho-pédagogiques, des professionnels paramédicaux, mais également des médecins généralistes, des pédiatres et des associations. Le réseau est composé de :
– les pédiatres des Centres Hospitaliers, des Centres de santé et des CAMSP
– les pédiatres libéraux, médecins généralistes
– les médecins de rééducation
– les médecins de l’Education Nationale
– les pédopsychiatres
– les orthophonistes
– les psychologues
– les psychomotriciens
– les professionnels de l’enseignement

Les avantages du réseau
Proximité, réactivité, diminution des listes d’attente, meilleure intégration, concertation et implication de la chaîne des acteurs de l’éducation et de la santé… tels sont les pricipaux avantages d’un travail coordonné dans le cadre du nouveau Réseau Troubles du neurodéveloppement de la région Nord Pas de Calais.

Importance des troubles d’apprentissages
Reconnus prioritaires par les Ministères de la Santé et de l’Education Nationale, les troubles de l’apprentissage scolaires ont constitué un des 4 thèmes de la Conférence Nationale de Santé en 2001 et font partie de la problématique de l’handicap.

Actuellement, le nombre d’enfants pour lesquels un diagnostic de troubles d’apprentissage est porté augmente de façon exponentielle depuis que les médecins sont capables d’identifier ces troubles. Beaucoup d’enfants en échec scolaire, voire même d’enfants présents dans les structures médico-sociales (IME ou établissements pour troubles du comportement) présentaient des troubles non diagnostiqués…et qui s’avèrent des troubles d’apprentissage ou des maladies neurodéveloppementales.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.