1ère en France : laryngectomie partielle par voie orale avec robot

Le 3 mars 2009, le Dr Philippe Céruse, ORL a utilisé pour la première fois le robot Da Vinci pour minimiser les effets d'une laryngectimie partielle ou totale sur un patient souffrant d'un cancer du larynx. Il a fait passer sa mini-pince par la bouche du patient afin de pratiquer l'ablation d'une partie du larynx. Cette nouvelle technique évite l'incision du cou (cervicotomie) et l'ouverture de la trachée (la trachétomie provisoire). Ce progrès pourra bénéficier à plusieurs dizaines de patients par an.

Le 3 mars 2009, le Dr Philippe Céruse, ORL a utilisé pour la première fois le robot Da Vinci pour minimiser les effets d’une laryngectimie partielle ou totale sur un patient souffrant d’un cancer du larynx. Il a fait passer sa mini-pince par la bouche du patient afin de pratiquer l’ablation d’une partie du larynx. Cette nouvelle technique évite l’incision du cou (cervicotomie) et l’ouverture de la trachée (la trachétomie provisoire). Ce progrès pourra bénéficier à plusieurs dizaines de patients par an.

Des micro-gestes que seul le robot peut réaliser
Grâce au robot télémanipulé, le chirurgie peut effectuer des micro-gestes d’une très grande précision. Les bras articulés portent à leur extrémité des instruments chirurgicaux très fins : mini-pinces, mini-bistouri électrique, mini-clamps capables de réaliser des mouvements à 180 degrès, ce qu’un poignet humain ne peut pas faire.

Quant au chirurgien il bénéficie d’une vision grossie jusqu’à 20 fois en 3 dimensions.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.