40 minutes pour l’implantation d’une valve aortique à Marseille

Des interventions innovantes de plus en plus rapides. En cardiologie interventionnelle*, il ne faut désormais que 40 minutes aux équipes de Marseille pour implanter une valve sur un patient souffrant d'un rétrécissement de l'aorte. Et qui dit intervention courte dit aussi risques réduits, hospitalisation abrégée et patient satisfait de regagner son domicile en moins d’une semaine. Cette opération, désormais pratiquée en routine, doit son efficience au perfectionnement du matériel et des techniques et à la collaboration renforcée entre les équipes. Les bénéfices de cette avancée viennent d'être démontrés...

Des interventions innovantes de plus en plus rapides. En cardiologie interventionnelle*, il ne faut désormais que 40 minutes aux équipes de Marseille pour implanter une valve sur un patient souffrant d’un rétrécissement de l’aorte. Et qui dit intervention courte dit aussi risques réduits, hospitalisation abrégée et patient satisfait de regagner son domicile en moins d’une semaine. Cette opération, désormais pratiquée en routine, doit son efficience au perfectionnement du matériel et des techniques et à la collaboration renforcée entre les équipes. Les bénéfices de cette avancée viennent d’être démontrés…
Dans une étude récemment publiée par la prestigieuse revue américaine « Journal of the American College of Cardiology : Cardiovascular interventions », le Pr Thomas Cuisset et le Dr Pierre Deharo** mettent en évidence l’intérêt d’une procédure simplifiée dans l’implantation de valves aortiques pour rétrécissement aortique par rapport à une approche conventionnelle. L’évaluation qui s’est basée sur le registre FRANCE-TAVI a été conduite sur plus de 6 000 patients. 
sultat : le DIRECT TAVI permet une intervention plus légère, avec une moindre exposition du patient aux produits de contraste et aux rayons, mais également l’obtention de meilleurs résultats avec moins de fuite sur la valve et moins de complications à type d’épanchement péricardique 
Explications
Lorsqu’un rétrécissement calcifié de l’aorte est constaté, provoquant des symptômes invalidants et potentiellement graves, l’implantation d’une valve aortique peut s’avérer indispensable. L’intervention classique se pratique sous anesthésie générale avec ouverture du thorax, arrêt momentané du cœur et mise en place d’une circulation extra-corporelle. Actuellement en pleine expansion, une autre technique par voie percutanée (en passant par l’artère fémorale, sans incision chirurgicale) a été élaborée : le TAVI (Transcatheter Aortic Valve Implantation).
Grâce à une collaboration étroite entre les services de cardiologie interventionnelle et de Chirurgie Cardio-thoracique, le TAVI est pratiqué avec succès depuis 10 ans à la Timone, le plus souvent sous anesthésie loco-régionale avec l’implication des équipes d’anesthésie et de réanimation.  
* service de cardiologie et maladies coronaires du Pr Jean-Louis Bonnet 
 
** Impact of Direct TAVR Without Balloon Aortic Valvuloplasty on Procedural and Clinical Outcomes: Insights From the FRANCE TAVI Registry. JACC Cardiovasc Interv. 2018 Sep 6. pii: S1936-8798(18)31350-5. doi:10.1016/j.jcin.2018.06.023. [Epub ahead of print]

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.