50 000 € pour la recherche infirmière et paramédicale

Faire évoluer les pratiques liées à l’exercice professionnel des soignants et donc améliorer la prise en charge des patients, telle est l'ambition du CHU de la Réunion. L'établissement vient d'attribuer une enveloppe de 50 000 € pour son premier appel d’offres interne dédié aux projets de recherche en soins portés par des infirmiers, kinésithérapeutes, diététiciens, psychologues...

Faire évoluer les pratiques liées à l’exercice professionnel des soignants et donc améliorer la prise en charge des patients, telle est l’ambition du CHU de la Réunion qui vient d’attribuer une enveloppe de 50 000 € pour  son premier appel d’offres interne dédié aux projets de recherche en soins portés par des infirmiers, kinésithérapeutes, diététiciens, psychologues…
L’expérimentation au service de l’amélioration de la qualité des soins
Les protocoles de recherche sont élaborés en concertation avec les médecins chercheurs pour les aspects médicaux, par l’Unité de Soutien Méthodologique pour la partie inclusion et suivi et par la Direction de la Recherche du CHU pour les aspects administratifs.
Une fois validés, les études sont déployées en collaboration avec des patients volontaires, réunis en cohorte. Les informations recueillies auprès d’eux seront analysées statistiquement afin de valider scientifiquement la véracité des hypothèses de départ .
Les conclusions des études seront publiées dans des revues scientifiques et médicales et le cas échéant elles seront intégrées dans l’organisation des soins et la prise en charge des patients.
La démarche de recherche paramédicale, naissante au CHU de la Réunion, se structure depuis fin 2012.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.