A Montpellier, un suivi à distance de l’insuffisance cardiaque

Pour réduire les hospitalisations et accroître la qualité de vie des patients, le CHU de Montpellier propose depuis juillet 2018, une technique de suivi à distance de l’insuffisance cardiaque. Quatre dispositifs ont déjà été implantés chez des patients.

Pour réduire les hospitalisations et accroître la qualité de vie des patients, le CHU de Montpellier propose depuis juillet 2018, une technique de suivi à distance de l’insuffisance cardiaque. Quatre dispositifs ont déjà été implantés chez des patients.
Le principe du capteur implanté dans l’artère pulmonaire chez quatre patients insuffisants cardiaques au CHU de Montpellier est simple : la pression artérielle, dont l’augmentation est un facteur d’aggravation de l’insuffisance cardiaque, est directement mesurée et les données transmises quotidiennement aux médecins. Le système appelé CardioMEMS HF comporte un capteur qui est implanté dans l’artère pulmonaire au cours d’une intervention non chirurgicale. Ce système permet aux patients de transmettre quotidiennement, depuis leur domicile, les données du capteur à leurs médecins. En plus d’améliorer la qualité de vie des patients, cette technique réduit jusqu’à 37% les hospitalisations pour insuffisance cardiaque (1). L’étude « CHAMPION » a en effet montré l’efficacité du système CardioMEMS HF sur des patients NYHA III hospitalisés pour insuffisance cardiaque dans l’année précédente. Et des données récentes démontrent que l’utilisation du système CardioMEMS HF  améliore significativement la qualité de vie et la capacité à faire de l’exercice chez les patients souffrant d’insuffisance cardiaque chronique.

Une prise en charge personnalisée et proactive

« Le but du dispositif est de fournir quotidiennement des informations sur le fonctionnement du coeur chez un patient insuffisant cardiaque assez sévère, qui risque de retourner fréquemment à l’hôpital. Cette technologie innovante est très prometteuse, elle est a priori la première solution de télésuivi qui a montré son efficacité. C’est sans doute beaucoup plus précis et précoce que le poids ou d’autres paramètres également importants », témoigne le Pr François Roubille, cardiologue au CHU de Montpellier qui a réalisé les interventions. Une dizaine de dispositifs ont été implantés à ce jour en France, dont la moitié à Montpellier.
Le capteur CardioMEMS n’a pas de batterie et est conçu pour durer toute la vie du patient. Une fois implanté, le capteur sans fil envoie des mesures de pression à une unité patient. Le patient ne ressent ni douleur, ni sensations lors de ces transmissions. Le système permet aux cliniciens de détecter plus tôt l’aggravation de l’insuffisance cardiaque et d’ajuster le traitement pour réduire la probabilité d’hospitalisation du patient.
1 – L’insuffisance cardiaque est à l’origine de 150 000 hospitalisations chaque année en France avec une durée moyenne de séjour de 11 jours. Dans notre pays, 1 à 2 millions de patients présentent une insuffisance cardiaque et plus de 800 000 patients souffrent d’insuffisance cardiaque sévère. La moitié des patients atteints d’insuffisance cardiaque meurent dans les cinq ans suivant le diagnostic.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.