Accréditation européenne pour le service d’hématologie

Depuis 2006, le service d'Hématologie adulte du CHU de Besançon et l'Etablissement français du sang Bourgogne-Franche-Comté travaillent en commun sur une démarche qualité européenne pour l'activité de thérapie cellulaire (allogreffe adulte et enfant et autogreffe adulte) appelée « JACIE ».

Depuis 2006, le service d’Hématologie adulte du CHU de Besançon et l’Etablissement français du sang Bourgogne-Franche-Comté travaillent en commun sur une démarche qualité européenne pour l’activité de thérapie cellulaire (allogreffe adulte et enfant et autogreffe adulte) appelée « JACIE ».

Une émulation concertée et suivie
Le service d’Hématologie adulte du CHU de Besançon et l’Etablissement français du sang Bourgogne-Franche-Comté ont partagé leur expérience avec les services de thérapie cellulaire des CHU de Lyon Debrousse (pédiatrie), de Saint-Etienne et de Grenoble. Ils ont organisé des formations communes et bénéficié de la contribution extérieure d’un laboratoire pharmaceutique (Roche). Enfin, une qualiticienne du CHU a accompagné leurs travaux et permis à la culture qualité de prendre racine dans leur organisation.

L’inspection réalisée les 1 et 2 août 2007 par 3 inspecteurs européens a été suivie d’un rapport reçu en décembre 2007. Après les réajustements souhaités par le comité européen, le dossier corrigé a été transmis en avril 2008 et l’accréditation finale a été accordée le 23 juin 2008, pour une durée de 3 ans.

Parmi les exigences « JACIE » on trouve notamment
– L’écriture de procédures et protocoles médicaux et soignants spécifiques à tous les processus de greffe hématopoïétique (gestion documentaire de plus de 300 documents).
– La gestion de l’information et de la traçabilité des consentements éclairés des donneurs et des receveurs.
– La formation continue spécifique des personnels médicaux et para-médicaux.
– Le signalement de toutes les anomalies et évènements indésirables relatifs à la procédure de greffe (circuit des donneurs et receveurs).
– Les audits de pratiques visant à contrôler le respect des protocoles par les différents acteurs (prélèvement de moelle osseuse au bloc par ex.).
– L’élaboration et le suivi d’indicateurs qualité selon un rythme au minimum annuel (ex : le taux de réaction du greffon contre l’hôte).

Deux fois par an le Comité JACIE se réunit pour analyser ces points et proposer des actions d’amélioration continue de la qualité. Un processus dynamique qui bénéficie du soutien de la direction de la qualité du CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.