ALERTE : les moustiques transmettent des virus, des parasites ET AUSSI DES BACTERIES

Chacun sait que les moustiques sont responsables en Afrique de la transmission du paludisme et de virus. Aujourd'hui, des chercheurs marseillais viennent de démontrer que les dits moustiques pourraient en plus transmettre une bactérie, la Rickettsia felis, à l'origine de nombreuses fièvres inexpliquées sur ce continent. C’est la 1ère fois au monde que des scientifiques démontrent le rôle des moustiques dans la transmission des bactéries

Chacun sait que les moustiques sont responsables en Afrique de la transmission du paludisme et de virus. Aujourd’hui, des chercheurs marseillais viennent de démontrer que les dits moustiques pourraient en plus transmettre une bactérie, la Rickettsia felis, à l’origine de nombreuses  fièvres inexpliquées sur ce continent.  C’est la 1ère fois au monde que des scientifiques démontrent le rôle des moustiques dans la transmission des bactéries. Rickettsia felis est une bactérie de répartition mondiale décrite il y a 20 ans. Parmi les insectes, seules les puces, notamment les puces de chats et de chiens, avaient été identifiés comme vecteurs de diffusion de cette bactérie. Aujourd’hui grâce aux travaux du Pr Philippe Parola, Chef du Service des Maladies Infectieuses Aiguës de l’Hôpital de la Timone et de l’équipe « Entomologie Médicale » de l’Unité de Recherche en Maladies Infectieuses et Tropicales Emergentes à l’Université d’Aix-Marseille, le rôle des moustiques dans la propagation de la bactérie est désormais identifié.

Pour avérer ce qui au départ n’était qu’un hypothèse, les chercheurs ont utilisé la plateforme insectarium de l’Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée Infection en nourrissant des moustiques avec du sang infecté par Rickettsia felis. Ils ont constaté la progression de la bactérie dans les organes du moustiques, notamment les glandes salivaires, puis ils ont montré la transmission par la piqure sur un modèle animal.
Ces résultats pourraient expliquer que Rickettsia felis soit responsable d’un grand nombre de fièvres inexpliquées en Afrique, jusqu’à 15% dans certains villages. Ces travaux qui viennent d’être publiés dans les "Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America", l’un des plus grands journaux scientifiques du monde, sont une avancée dans la compréhension des infections inexpliquées en zone tropicale ainsi que des maladies des voyageurs.
Pour en savoir plus consulter
Ref : Constentin Dieme, Yassina Bechah, Cristina Socolovschi, Gilles Audoly, Jean-Michel Berenger, Ousmane Faye, Didier Raoult, Philippe Parola. Transmission potential of Rickettsia felis infection by Anopheles gambiae mosquitoes. Proc Natl Acad Sci U S A. 2015
http://www.pnas.org/content/early/2015/06/03/1413835112.full.pdf
https://www.facebook.com/Prof.PhilippeParola.MDPhD.France/info#!/Prof.PhilippeParola.MDPhD.France/info?tab=page_info
http://www.mediterranee-infection.com/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.